Agevillage

Plus de 500 000 places à créer en maisons de retraite d'ici 40 ans, selon Cap Retraite


Partager :

Il faudrait créer 541 343 places en maisons de retraite médicalisées d'ici à 2040, c'est-à-dire presque doubler leur nombre (on en comptait 577 953 en 2012), pour répondre au vieillissement de la population, estime une étude publiée mercredi dernier par Cap Retraite, un organisme de placement destiné aux familles, et rémunéré par les maisons de retraite. L'étude précise tout de même que "ce besoin pourra être atténué si des mesures sont prises pour améliorer le maintien à domicile".

Cap Retraite rappelle qu'actuellement, "aucun territoire ne dispose d'une offre suffisante" de places en Ehpad, mais le Nord-Pas-de-Calais, l'Ile-de-France et la Haute-Normandie sont les plus mal pourvus. A en croire les projections démographiques, l'organisme estime que les régions où il faudra créer le plus grand nombre de places à l'horizon 2040 sont Rhône-Alpes, l'Ile-de-France et les Pays de la Loire (plus de 50 000 places nécessaires dans chacune).

Ce discours est pour le moins surprenant. D'ailleurs les ARS (Agences Régionales de Santé) reconnaissent que l'offre s'est bien développée ces dernières années et que le problème principal réside majoritairement dans un coût trop élevé pour les personnes âgées et les familles. Des places continuent de rester vides car trop chères pour nombre de budgets.

L'étude de Cap retraite donne d'ailleurs des indications de coûts :
Une place en Ehpad coûte en moyenne 1.769 euros par mois. Le coût est nettement supérieur dans les départements très peuplés comme Paris (3.294 euros), les Hauts-de-Seine (2.806) et les Yvelines (2.562). En Vendée et dans la Meuse en revanche, il est estimé à 1.342 euros par mois. Le coût d'un séjour en maison de retraite médicalisée représente en moyenne 106% des ressources mensuelles d'un foyer de retraités. En Seine-Saint-Denis, le ratio atteint 154% (tarif moyen de 2.440 euros par mois pour des revenus de 1.582 euros).

Par ailleurs, l'offre se diversifie et plus que des Ehpad, les résidences intermédiaires sont aujourd'hui privilégiées. Elles offrent une alternative, à mi chemin entre le domicile et la maison de retraite, qui correspond mieux aux souhaits de la population.

Enfin, il semble plus judicieux et surtout urgent de donner aux résidents et à leurs proches des outils pour évaluer la qualité du prendre soin. Réfléchir à un label en établissement comme à domicile, et le développer est plus utile que de créer de nouvelles places. Le label Humanitude existe. Il atteste qu'aucun soin de force n'est réalisé. Une promesse possible en établissement !


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

amel\'

05/03/2014 11:03

L'étude Cap retraite


L'étude n'est pas complète ici, Cap retraite a, je pense, choisit de porter son étude sur une partie précise de ce grand sujet qui nous préoccupe ou préoccupera tous un jour. Alors oui, peut être que le sujet de la qualité du prendre soin est inévitable mais ce n'est pas le sujet de cette étude pour l'instant qui est disponible sur le site : http://www.capretraite.fr/observatoire/etude.pdf



Antilope

12/02/2014 14:02

EHPAD


Au lieu de faire des plans sur la comète , pour que ces boites à ( fric) se frottent les mains: Ils seraient plus urgent d'évaluer les établissements qui existent ,sur la QUALITE DU PRENDRE SOIN ,et non sur la beauté de l'établissement ,interdire ses" pubs mensongères " L'INCONTINENCE PROGRAMMEE ET CONTRAINTE EXISTE TOUJOURS Plus de personnels au service des ainés !!!



Jean24

12/02/2014 10:02

541 343


Le seul fait de choisir un chiffre de places à créer,précis à l'unité près, symbolise le manque de sérieux de cette étude, qui ne mérite pas qu'on en parle




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -