Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : Le domicile et le v...

Edito : Le domicile et le virage ambulatoire

S'imposer comme acteur de santé


Partager :

Avec les parcours de santé (Paerpa), la volonté de raccourcir encore les durées de séjours à l'hôpital (T2A oblige), le virage ambulatoire impose un renforcement des liens entre les acteurs sanitaires et médico-sociaux.

Annie de Vivie"Nous sommes les, ou parmi les premiers acteurs de santé dans notre pays », a souligné Guillaume Quercy, le président, de l'UNA lors de leurs Rendez-vous du domicile, avec plus de deux millions de personnes accompagnées en France. « Nous sommes aussi des acteurs de première ligne pour l’effectivité des droits humains. Le droit de vivre dans la cité, le droit à des services de soutien de qualité, le droit à la mobilité, qui sont inscrits dans les conventions internationales. » Et « sans nous, pas de transition écologique et solidaire » a-t-il ajouté.


Précisons que la santé prise au sens OMS du terme, vise un complet bien-être physique, mental et social. La vie, la beauté, l'art y sont autant indispensables que les soins. D'où notre engagement sur le thème de l'Art pour prendre soin pour notre 10eme colloque sur les approches non-médicamenteuses cette année. Et un zoom sur la danse cette semaine.

Avec 36 000 organismes publics, privés, associatifs de services à la personne en 2017 selon la DGE (direction générale des entreprises), chacun sait que le secteur est peu lisible. Par ailleurs, son modèle économique dépend encore énormément des financeurs publics et notamment les départements qui anticipent des tensions financières importantes. Ils tarifient drastiquement (de 17 à 25 euros de l'heure) et révisent toujours plus les plans d'aides.
Le sénateur Georges Labazée a appelé à la création immédiate d’un groupe de travail rassemblant les départements, la DGCS, le ministère et les fédérations.
Il faudra mieux objectiver et communiquer les réalités des structures et l'impact  des tarifications sur la qualité du prendre soin pour imposer de nouveaux modèles économiques durables pour ces services de proximité, indispensables à la santé.

La convergence tarifaire touche aussi les EHPAD. C'est l'un des chantiers prioritaires de Julien Moreau de la Fehap.

Le virage ambulatoire intéresse aussi les acteurs du médico-social.

Après avoir repris l'Amapa, le groupe Doctegestio s'est tourné vers des centres de santé mutualistes. Il vient de lancer une plateforme de service intégrée Doctocare faisant le pari de la mutualisation des charges et de l'optimisation des ressources (taux d'utilisation des intervenants, des équipements).

Les groupes privés d'EHPAD veulent aussi capter la clientèle et devenir un acteur clé du parcours de santé optimisé. Orpea, Korian, Domus Vi, Colisee... investissent dans les différents services du parcours. Leur syndicat le Synerpa, qui organise son congrès annuel, témoigne de cette ouverture des EHPAD aux Résidences services seniors (RSS) et aux services à domicile.

Privés commerciaux, associatifs, les acteurs du médico-social veulent s'imposer dans le virage ambulatoire comme des acteurs de santé à part entière.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -