Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : Refondre notre syst...

Edito : Refondre notre système de santé de A à Z

Désinstitutionnaliser ?


Partager :

Ce lundi 19 février matin, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé et Sophie Cluzel, secrétaire  d’Etat auprès du Premier Ministre, chargée des Personnes Handicapées ont installée la Commission de promotion de la bientraitance et de lutte contre la maltraitance, conjointe entre le Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA) et le Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées (CNCPH).

Elle sera présidée par Denis Piveteau, Conseiller d’État, ancien directeur de la CNSA (voir le rapport de 2007 vers un nouveau champ de protection sociale d'aide à l'autonomie), du HCAAM (et les milliards d'euros de soins évitables) et enfin du rapport "Zéro sans solution", sur la nécessité de revoir le parcours de santé. Cette nomination entre en résonnance avec la stratégie de transformation du système de santé que veut porter le Gouvernement autour des enjeux de prévention, d’accès aux soins, de complexité et le cloisonnement en tuyaux d'orgues de notre système, sans oublier l'urgence de la qualité de vie au travail (Mission confiée à la députée Charlotte Lecocq interviewée cette semaine).

Comment refondre de A à Z un système de santé à court terme, face au mutisme du Président de la République devant la mobilisation sans précédent ce 30 janvier (qui ont su dire "Stop"), en attendant le grand soir d'une nouvelle approche globale de la santé incluant la ville, l’hôpital, le médico-social (comme le font les groupes privés côtés) ?

Le Gouvernement fixe le Cap de cette transformation du système de santé, sans surprise : "ce sera le patient, qui doit plus que jamais être au centre des réflexions et des évolutions à venir".
Dommage que le "lien entre ce patient/résident/client" et les professionnels des services d'aides ne soit pas plus étudié, valorisé, professionnalisé, évalué.

Le gouvernement ouvre trois mois une concertation autour de cinq grands chantiers structurants : La qualité et la pertinence, le financement et les rémunérations, le numérique en santé, les ressources humaines (deux sujets traités dans le Mag de LCP sur les Ehpad ce 17 février) et enfin l'organisation territoriale. Voir cette semaine ce service à domicile qui mise sur la compétence des professionnels de proximité, mieux rémunérés.

Ajoutons de A à Z (selon le dictionnaire impertinent de la Vieillesse chez Eres) : l'Autonomie, la Bientraitance, vers zéro Contention, le DMP (pour partager et suivre les données), l'Entraide, la Féminisation des métiers, la lutte contre la Grabatisation, l'Hôpital ouvert, l'Impensé de la vieillesse, des maladies neurodégénératives (et des textures modifiées), la Jeunesse pas forcément mieux pensée, le gestionnaire de K, la Longévité du Maintien à domicile et des Neuroleptiques, les Objets de soin, le Pathos de la Prise en charge, le besoin de Questionnements et aussi de Réponses, autour de la Sexualité encore Tabou, de l'Ultime question, des Valeurs de notre République, à tous les âges, tous les jours, même le Week-end...et enfin Zut pour ne pas dire M....E et surtout penser à s'arrêter quand notre travail nous brûle.

Une transformation qui ne se fera pas sans les acteurs.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Catelyne

20/02/2018 08:02

J'en rêve....


OUI , mille fois OUI " à cette "refonte de A à Z " de notre système de santé " mais , car pour moi , il y a un MAIS cela ne peut se faire que dans le cadre " D'UN PLAN D'ENVERGURE"et avec le dégagement de moyens humains et financiers conséquents, dédiés et fléchés et c'est là que le bas blesse!!!!
Il y a très souvent "un monde" entre les "belles paroles , les " beaux principes " et leurs "mises en oeuvre" .
Comme dit le proverbe " chat échaudé craint l'eau froide " mais restons optimiste et continuons d'appeler cette réforme " avec la "participation " de tous "les acteurs" de tous nos voeux




Olli de la Rochelle

19/02/2018 18:02

Médico local


Le chantier ouvert par la ministre est large et ambitieux, et semble s’inscrire dans une continuité de promesses non tenues mais suffisamment efficaces pour vanter les mérites de l’immobilisme et de l’absence de décision. Enfermés dans les griffes de lobbying pharmaceutique dont les médecins sont majoritairement friands !
Le médico local va devoir avoir la lourde tâche de transformer les hôpitaux en lieux de vie pour accueillir les 5 millions de dépendants de 2050, car on ne va plus rien construire mais rénover ou restructurer... l’hopital de demain devra investir autant l’hôtellerie que le soin ...




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -