Agevillage
  >   Actualités  >     >   Bonnes pratiques : mesurer ...

Bonnes pratiques : mesurer la qualité de vie des malades d'Alzheimer

Eclairage du professeur Novella, chef du pôle autonomie et santé du CHU de Reims


Partager :

Assez peu utilisée sur le terrain, l’échelle ADRQL, pour Alzheimer’s disease-related quality of life, s’avère pourtant être un outil pertinent dans de multiples situations.  A quoi sert précisément cet outil ? Comment et pourquoi s’en servir ? Les réponses du professeur Jean-Luc Novella, chef du pôle autonomie et santé du CHU de Reims.

Née à la fin des années 1990, l’échelle ADRQL a été conçue par une équipe de chercheurs de John Hopkins (USA). Leur but : construire un instrument, le premier du genre, pour mesurer la qualité de vie des personnes atteintes de maladie d’Alzheimer ou apparentée.

« La qualité de vie est l’un des rares paramètres qui peut s’améliorer au fil de l’évolution de la maladie », rappelle en effet le professeur Novella.

Composée de 47 items (40 dans sa version réduite), elle s’intéresse à cinq domaines : l’interaction sociale, la conscience de soi, les sentiments et l’humeur, le plaisir dans les activités et enfin la réponse en l’entourage.

Elle sollicite un intervenant indirect : c’est un tiers, aidant ou professionnel, qui répond aux questions de l’échelle.

Lire la suite

Chef du pôle autonomie et santé du CHU de Reims, le professeur Jean-Luc Novella est également chef de service du court séjour gériatrique et du CMRR ; référent Alzheimer en matière de recherche clinique pour l’inter-région EST et président du Gérontopôle « Bien vieillir en Champagne-Ardenne ».


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -