Agevillage

La position des caisses françaises de Sécurité sociale sur le défi du vieillissement


Partager :

Le colloque « Sécurité sociale et défis démographiques dans une perspective européenne » tenu les 7 et 8 novembre 2008 au Sénat, à Paris, a réuni décideurs politiques, membres des institutions communautaires et représentants des systèmes sociaux et des universitaires. La synthèse des analyses a montré la complémentarité de leurs approches face à  "la plus grande mutation démographique de l’histoire contemporaine du continent : en 2050, un Européen sur trois aura plus de 60 ans et un sur dix plus de 80 ans…"

Organisée par les Caisses françaises de sécurité sociale dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne, cette rencontre était l’occasion de dresser des diagnostics communs et d’explorer des pistes de solutions innovantes, respectueuses du principe de solidarité. Les principales propositions d’action qui en sont issues pour s’adapter à la nouvelle configuration de la population et assurer une bonne qualité de vie quel que soit l’âge sont les suivantes :

1. Les Etats membres de l’Union européenne doivent moderniser et réformer leurs systèmes de protection sociale pour maintenir l’équilibre financier des régimes et se préparer à faire face aux conséquences des évolutions démographiques.

2. La croissance démographique en Europe est principalement le fait de la variable migratoire. L’immigration restera ainsi un vecteur important de croissance démographique dans les années à venir ; enfin, le taux de fécondité doit également être utilisé comme levier de croissance démographique.

3. Les systèmes de protection sociale doivent s’engager dans des politiques actives et efficientes de gestion du « risque santé », développer la prévention et la promotion de la santé à tous les âges.

4. Les systèmes de retraite par répartition sont actuellement les plus sûrs, les moins coûteux en gestion et les plus généreux : ils doivent donc être préservés, notamment par le biais de processus de réformes adaptés au contexte spécifique de chaque Etat.

5. Les Etats doivent promouvoir des politiques de vieillissement actif en favorisant l’adaptation de l’environnement de travail aux spécificités des seniors, et en proposant un accompagnement sanitaire et social qui prévienne les fragilités et permette aux individus de bien vivre leur âge.

6. L’emploi des seniors est un levier indispensable pour agir sur le ratio actifs/inactifs, et doit être encouragé par de nouvelles mesures incitatives.

7. Les Etats doivent, en lien avec les organismes de protection sociale et les entreprises, favoriser la mise en place et la promotion de mesures permettant de mieux concilier vie familiale et vie professionnelle.

8. Les acteurs européens de la protection sociale doivent poursuivre leur échange d’informations et de bonnes pratiques, afin d’avancer ensemble dans la mise en œuvre de la Stratégie de Lisbonne élaborée en l’an 2000.

Pour accéder aux débats lors du colloque des 7 et 8 novembre "Sécurité sociale et défis démographiques dans une perspective européenne"  : cliquez ici

 


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -