Agevillage
  >   Actualités  >     >   Vivre autrement la maladie ...

Vivre autrement la maladie d'Alzheimer : l'espoir des approches non-médicamenteuses

Oser, avoir de l'audace


Partager :

Les 12 et 13 novembre 2009, à la Cité des Sciences à PAris, plus de 900 professionnels étaient réunis pour un colloque international sur les approches non-médicamenteuses de la maladie d'Alzheimer, organisé par Agevillage-IGM France, Institut Gineste-Marescotti.
Aujourd'hui, il est possible de vivre la maladie autrement.

Il s'agit de reconnaître le malade comme un homme, digne jusqu'au bout, malgré les termes assassins comme "dépendance" (de qui, de quoi, ne sommes-nous pas tous interdépendants?) rappelle avec brio le philosophe Eric Fiat, comme un être de désirs, de créations, ayant besoin de soins, de prendre soin particuliers, adaptés, ajustés.
Depuis de nombreuses années, des associations comme France Alzheimer tentent de faire reconnaître des approches différentes de la maladie. "Il s'agirait de donner accès plus facilement à ces services adaptés et financés", souligne Arlette Meyrieux, Présidente de France Alzheimer.

La presse a relayé l'évènement : le Point, daté du 20 novembre,  revient sur la philosophie de soin de l'Humanitude®

Pour un vrai 5ème risque de protection sociale
Janine Dujay-Blaret Vce présidente du CNRPA, Arlette Meyrieux, présidente de France Alzheimer, Joëlle Le Gall, présidente de la FNAPAEF, Aldo Saluard du GRAF, les points de vue des familles s'associent à ceux des professionnels, comme Florence Leduc de la FEHAP, Pr.François Blanchard, EREMA,  qui veulent partir de la situation de la personne pour construire avec elle le meilleur accompagnement éthique, avec les techniques connues et adaptées.
Familles et professionnels, côté à côte et non face à face, au regard de l'enjeu, de la souffrance, du désarroi, du manque de moyens pour accéder financièrement aux services adaptés, pour financer des taux d'encadrement minimum en personnels formés (CF. le Plan Solidarité Grand Age).

Professionnaliser le prendre soin
Comment les regarder, leur parler, les toucher, en un mot professionnaliser une relation qui ne va pas de soi, qui n'est pas naturelle ? Yves Gineste et Rosette Marescotti, auteurs de la Philosophie de soins de l'Humanitude, proposent 150 techniques de prendre soin et enseignent leur méthodologie de soin Gineste-Marecsotti en formations professionnelles continues. Ces techniques donnent des résultats, les témoignages des utilisateurs sont nombreux, une première étude en 2008 montre l'impact des formations (83% d'amélioration des comportements d'agitation difficiles).
Comment les "valider" avec nous ? s'interroge l'auteur de la "Validation®", l'incroyable américaine Naomi Feil, 78 ans. Elle a appris depuis son enfance à entrer en relation avec les malades, en pariant sur le sens de ces comportements étonnants. Les formateurs agréés en Validation® proposent leurs enseignements en formations professionnelles continues.
Comment utiliser les arts, comme possible traitement de la maladie aux côtés des autres traitements pharmacologiques ? Le docteur en sociologie américain John Zeizel en fait l'expérience chaque semaine avec des visites de musées partout dans le monde, dont le Louvre (voir le DVD sur l'Art-thérapie et les approches non-médicamenteuses de la maladie d'Alzheimer)
Techniques de prendre soin, arts-thérapies, médiation animale, soutien thérapeutique des malades, des aidants, stratégies pour limiter l'apathie ou l'agressivité, thérapies familiales...
Ces multiples approches ont pris le temps de se rencontrer dans ce colloque, d'échanger, et d'espérer des évaluations scientifiques pour les diffuser, demain, plus largement, et notamment en formations initiales.

Oser, avoir de l'audace
Et si la première approche non-médicamenteuses était la reconnaissance de leur citoyenneté ? s'interroge Marie-Pascale Mongaux, directrice d'un établissement pour personnes âgées dépendante. Considéré comme un repoussoir, cet établissement en reconstruction à Maromme (Haute Normandie) donne aujourd'hui lieu à un travail collectif, de tous les citoyens de la ville : quelle place pour chacun, et donc pour les plus vieux, les plus fragiles dans notre société ?
Nicole Poirier au Québec, a osé. Elle a osé ouvrir la maison "Carpe Diem", sans autorisation (en 1997), peu médicalisée, avec un escalier en bois,organisée autour de la cuisine, ouverte à tous, avec les familles, pour les malades, où l'on vit chaque moment, au jour le jour... "Carpe Diem".

On veut penser que l'on peut vivre la maladie d'Alzheimer autrement.

Interviews et extraits des interventions seront prochainement en ligne. Dès maintenant retrouvez les conclusions de ces journées.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

cramtrebor

26/11/2009 12:11

pas de corporatisme


Les AMP ont toute leur place dans les EHPAD et l'arrêté du 11 avril 2006 leur reconnait les compétences nécessaires. Cependant, sur le terrain, employeur d'AMP et d'aides soignantes, nous pouvons constater que la foramtion initiale aussi bien des AMP ques des aides soignantes, comme des infirmières, ne sont pas suffisantes quant aux techniques de communication, le soin et l'aide pour les actes de la vie quotidienne auprès des personnes atteintes de maladie neurodégénératives, Alzheimer et autres... L'approche par la méthode dite Humanitude apporte un réel progrès dans le soin, que tous les professionnels qui en ont bénéficié reconnaissent...



umani

25/11/2009 07:11

IGM ET AMP


il ne s'agit pas d'opposer une méthode et des compétences de soignants. il s'agit de réunir autour de la personne fragiles le maximum d'outils afin de lui offrir un environnement le plus humain possible. Je crois par ailleurs, qu'AMP ou pas , chaque homme a ses limites et tous les outils ou idées neuves sont les bienvenus



Mata

24/11/2009 19:11

Aide soigante


OUI à la méthode Gineste-Marescostti mais il faudrait que le gouvernement nous donne les moyens en personnel pour le prendre soin des pathologies type alzheimer nous allons vers plus de dépendance et tjrs moins de personnel pour les accompagner!!!!



electron libre

24/11/2009 11:11

le marché juteux de la formation et diverses methodes


oui à la diffusion des pratiques non médicamenteuses mais il faut arreter de faire un battage mediatique autour de la méthode GM celà devient suspect. Voir le prix de cette formation...Le metier D'AMP permet ces pratiques non médicamenteuses.



Rédaction Agevillage

23/11/2009 18:11

Aides Médico-Psychologique


Bonjour, vous avez raison de rappeler les particularités de ce métier. Le colloque a d'ailleurs donné la parole à une aide médico-psychologique, Cécile Lopez, qui travaille sur la Médiation Animale. Au plaisr de relayer de nouvelles initiatives ! Annie de Vivie Fondatrice d'Agevillage Coordinatrice du réseau IGM (Instituts Gineste-Marescotti)




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -