Agevillage

Roselyne Bachelot-Narquin veut afficher des indicateurs qualité en maison de retraite


Partager :

La ministre des Solidarités et de la cohésion sociale, Roselyne Bachelot-Narquin, a annoncé qu'elle souhaitait renforcer la qualité des maisons de retraite. A l'image des indicateurs hospitaliers, elle veut créer des indicateurs de qualité dans les établissements pour personnes âgées.

Plusieurs aspects seront évalués : la lutte contre les maladies nosocomiales, la qualité de l'hôtellerie et de la restauration, le taux d'encadrement des personnels, la coordination des soins... pour ne citer que ceux-là.

L'ensemble des informations devrait être accessible via un site internet sur lequel les familles comme les personnes âgées trouveront une liste d'étabissements et leurs tarifs.
Roselyne Bachelot-Narquin estime que le site sera prêt l'an prochain.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

josiah

03/04/2011 14:04

la formation remise en question ?


Cet argument d'une formation insuffisante du "petit personnel" m'a plusieurs fois été opposé par ceux qui devraient être par principe bien formés, les médecins et infirmières. C'est une façon, pour l'établissement auquel je pense, de rejeter sur les aide-soignants leurs propres paresses, incuries, insuffisances,incompétences,ignorances ainsi que leurs préoccupations philosophiques morbides...



josiah

03/04/2011 14:04

Attention aux faux-semblants


J'approuve d'autant plus l'idée de madame la ministre que ma mère vient de décéder faute de soins après une hospitalisation tardive, 48H après les premiers signes d'une occlusion intestinale. Madame la ministre est au courant. Je voudrais souligner que trop souvent les soins médicaux sont inexistants : pas d'appareils dentaires, pas de lunettes, pas de bilans médicaux sérieux, ce sont des mouroirs clinquants qui n'osent pas avouer leur nom. Pour peu que la personne âgée soit sous tutelle, c'est encore pire. Les petits trafics entre les personnels et les organismes de tutelle... Les organismes de tutelles qui ne payent pas les maisons de retraite. Les expertises psychiâtriques "bidon" qui décident que votre mère, laquelle a toute sa tête,, est dans une démence profonde. Expertise faite par un expert non psychiâtre oeuvrant pour les tribunaux. C'est plus facile ainsi de dépouiller la famille et la personne âgée. Cela fut le cas de ma mère. Je ne vous dirai pas dans quel état les tutelles ont laissé la maison où ma mère habitait ! Poubelles pleines... et un fauteuil coquille tout neuf laissé à l'abandon pour les poubelles sans doute. Par contre certains se sont "servis", il y a eu des cambriolages (deux cheminées XVIIIe). Pour les dents, le curateur avait dit qu'elle n'en avait pas besoin puisqu'elle ne sortait pas. C'est vrai, elle est restée des années séquestrée dans la maison qu'elle louait, et ils l'ont rendue grabataire. J'en ai encore beaucoup à dire, et j'ai toutes les preuves. Déclarer une personne démente c'est la condamner à ne pas être soignée pour ce qu'elle a, car on ne l'écoute pas. Grand étonnement des urgences où elle a vécu ses dernières heures : son état mental ne correspondait pas au dossier médical ! J'arrête. Mais j'espère que Madame la Ministre va faire quelque chose. Trop d'organismes se "sucrent" sur le dos des personnes âgées dépendantes.



Louis

02/04/2011 09:04

des Commissaires de la République dans les établissements


Bonjour, Je suis AMP spécialisé ds l'accompagnement des pers âgées en institut°. De par mon expérience, je constate que les maltraitances en tous genres st cachées par les cadres de santé + par les collègues formées en clan. C'est l'omerta. Il faut des inspec° régulières, étalées sur plusieurs semaines effectuées par des "Commissaires de la Répu". Louis



ROB

30/03/2011 16:03

La formation des personnels


A l'avenir, les maisons de retraite vont accueillir des personnes de plus en plus dépendantes et démentes. J'ai pu constater que les personnels n'étaient pas assez formés pour prendre en charge ces personnes. Si on doit évaluer les maisons de retraite, il faut prendre en compte la qualité des soins et le respect envers les résidants. Selon quels critères évaluer cela, car il ne faut pas se leurrer, ce sont souvent les résidants qui sont à la merci de personnes peu qualifiées, mais comme les résidants peuvent mal s'exprimer, les critères permettant d'évaluer les maisons de retraite seront faussés encore une fois.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -