Agevillage

Arnaud Montebourg, pour une solidarité intergénérationnelle


Partager :

Le 5 mai dernier, l'Institut Silverlife organisait un petit-déjeuner débat au Cercle Républicain à Paris avec Arnaud Montebourg, candidat à l'élection présidentielle, Député et Président du Conseil Général de Saône et Loire sur le thème : 5ème risque, le choix de la solidarité.

Devant une trentaine de personnes, Arnaud Montebourg s'est livré à une intervention engagée, présentant les actions menées dans son département et les perspectives et enjeux envisagés autour du financement de la dépendance.

Arnaud Montebourg a commencé par dresser un état des lieux de la situation française. On observe "une angoisse qui s'installe et traverse toutes les générations à partir de 40 ans." En effet, les familles se retrouvent aujourd'hui face à une situation complexe, où la question du grand âge revêt un nouveau visage. Certaines familles comptent jusqu'à 3 générations simultanément à la retraite (60 ans, 80 ans, 100 ans), la 4ème âgée de 40 ans environ fait quant à elle trop souvent face aux difficultés du chômage.

 

Le diagnostic de la situation française

 



Arnaud Montebourg est ensuite revenu sur la situation financière du pays, expliquant pourquoi les solutions imaginées il y a 10 ans ne répondent pas aux besoins. Le gouvernement de Monsieur Sarkozy n'ayant malgré la réflexion en cours pas pris de décision adaptée.

Les solutions imaginées il y a 10 ans ne sont pas adaptées.



Aujourd'hui les départements doivent affronter une situation sans précédent. Un Etat qui se désengage, des dépenses qui explosent en raison de l'allongement de l'espérance de vie et de l'augmentation des besoins de prises en charge. Arnaud Montebourg a relaté les mesures prises dans son département (comme la création d'un impôt particulièrement impopulaire) pour parer à cette situation.

 

L'Etat se retire. Nous imaginons des solutions : un impôt affecté au 5ème risque



Pour convaincre, il a eu la bonne idée de créer un jury citoyen, composé de 36 membres tirés au sort sur les listes électorales. Ensemble, ils ont pu vérifier la bonne gestion des fonds et leur réattribution au financement de la dépendance.
Sur la question de l'avenir et notamment d'une assurance obligatoire, Arnaud Montebourg est catégorique. Il ne croit pas au système assurantiel classique, dont les conditions d'accès lui semblent trop aléatoires. En revanche, ses idées le portent vers l'assurance mutualiste, convaincu que c'est par la coopération et la solidarité de millions de français que le financement de la dépendance pourra s'exercer. Mais il plaide aussi pour une solidarité intergénérationnelle, l'analyse d'un patrimoine familial (et non pas uniquement celui de la personne âgée) et pourquoi pas un impôt sur succession car "il y a un moment on ne pourra pas tout payer". Sur les montants, il reste flou car "ça doit se discuter avec les partenaires " (sociaux, économiques et politiques).

 

Création d’un jury de 36 citoyens : une réussite 



Enfin Arnaud Montebourg est intervenu très vivement sur la question des Ehpad privées, se disant fermement opposé à leur prise en charge de la problématique. "Le privé ne peut pas assurer le niveau de service que nous demandons pour un tarif décent". Concluant son intervention par un "Il arrive parfois que seul le désintéressement paye. Cela arrive parfois".

 

Les groupes privés commerciaux épinglés

 

 


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

foxie421

11/05/2011 10:05

yo:


L'exemple de Yo résume parfaitement la situation.Inutile de faire de plus grands discours.petite observation au passage pour les 510 euros d'arriérés: l'obligation alimentaire ne porte que sur l'avenir.Elle ne peut pas être invoquée pour le paiement de retards de facturation.



yo

10/05/2011 15:05

5 ème risque


avec mon mari nous gagnons 2500 environ.Nous sommes co-obligé alimentaire pour ma belle mère avec ses 4 freres et soeurs.Le juge des affaires familiales à décider de nos part en fonction de nos revenus...Notre part est donc de 313 euros par mois plus 510 euros pendant 10 mois du à un retard de facture de l'EHPAD.(nous avons demandé un étalement à la trésorerie principale) Ma question est la suivante pensez vous que nous pouvons être consommateur et payer notre part de co obligé alimentaire ?A la banque une telle mensualité nous serait refusée du fait de notre endettement...Qu'adviendra t il si nous devons changer de voiture ?Bien sûr me direz vous d'autre n'ont rien...Je pense qu'il faut une solidarité nationale pour que tous citoyens ne vivent pas leurs vieillesse comme un fardeau à faire supporter à leurs enfants.60%des retraités touchent environ 700 euros par mois... Les moyens dans les EHPAD sont faibles...peu de personnel qualifié...tant que nous aurons du mépris pour les personnels travaillant auprès des personnes âgées nous aurons du mépris pour nos "vieux"




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -