Agevillage

La gestion du risque sanitaire à l'occupant

Les risques


Partager :

L’amiante et les autres fibres

Ces fibres sont regroupées sous l’appellation "COV" : Composés Organiques Volatils.Les sources d’apparition de ces composés sont extrêmement nombreuses. Elles peuvent être en relation avec une production extérieure, comme la photo-oxydation du méthane et le métabolisme des plantes. Cependant, les sources principales se trouvent à l’intérieur des locaux et sont très diverses : produits de construction et de décoration, activités d’entretien, de maintenance et de bricolage… Ce sont souvent des mélanges de COV que l’on rencontre dans l’air intérieur.

Le radon

Le radon est un contaminant de l’air, identifié comme facteur causal du cancer des poumons. Sa présence dans le bâtiment dépend de plusieurs facteurs, notamment de la nature géologique du sous-sol. Des concentrations élevées sont mesurées dans certaines régions, dans des bâtiments publics ou privés, qu’ils s’agissent d’établissements de santé, d’habitat, d’écoles, de crèches ou d’immeubles de bureaux. Aussi est-il nécessaire d’engager des actions pour la réduction de la concentration en radon dans ces bâtiments.(Circulaires conjointes DGS/VS5 et DGUHC n°99-46 du 27 janvier 1999, relatives à l’organisation de la gestion du risque lié au radon.)

Le plomb

Le risque d’exposition au plomb, est du à la présence de peinture à base de plomb dans les bâtiments et à l’eau véhiculée dans des réseaux de distribution, publics ou privés, comportant des canalisations en plomb ou des matériaux dont le plomb est un des composants.La réglementation relative à la qualité de l’eau, et plus particulièrement la directive européenne n°98/83 vise "à réduire la teneur de plomb au robinet du consommateur."

Teneurs en plomb maximum autorisées au robinet du consommateur :Actuellement : 50 µg/l·Au 25/12/2003 : 25 µg/l·Au 25/12/2013 : 10 µg/l
Cette mesure devrait aboutir, à terme, à la suppression des canalisations en plomb des réseaux publics et privés.

La qualité de l'eau

La principale cause de contamination de l’eau potable à l’intérieur des immeubles, qu’elle soit sous forme de boisson ou d’aérosol, est due au contenant : la canalisation, le réservoir… Ceux-ci offrent les conditions propices à l’installation des micro-organismes en favorisant leur développement.

La légionelle et les autres...

Pseudomonas, Aeromonas, Clostridium difficile, Mycobacterium xenopi, Shigella,Serratia marcescens, Campylo bacter jejuni, Burkholderia cepacia, Legionella pneumophila…, de quoi y perdre son latin, et pourtant, voilà quelques noms qui désignent des germes hydriques et infections diverses dont il est fait état dans la littérature scientifique et plus particulièrement connus dans le monde hospitalier.Virus, parasites, bactéries autant de micro-organismes que l’eau ou l’air peuvent véhiculer et en devenir les parfaits vecteurs de transmission.Ces micro-organismes existent à l’état naturel dans l’eau et peuvent avoir un caractère pathogène pour l’individu. Il convient donc d’être prudent quant aux seuils à partir desquels ils deviennent cause d’infection ou de mortalité.

AQUARISM, partenaire du dossier, vous propose des solutions.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -