'>





Agevillage

Atelier gym douce

Les objectifs


Partager :

Cette activité s'adresse à tous les résidents, peu importe les capacités et les handicaps physiques. Parmi les activités d'animation, la plus courante est la gym douce. Pourtant cette activité, aussi évidente paraît-elle, peut apporter beaucoup plus que la simple mobilisation du corps.

Comme toute activité, deux objectifs se chevauchent :
- l'objectif du client, garder ou retrouver une certaine autonomie de mouvement.
- l'objectif de l'animateur, créer un groupe relationnel hiérarchisé sur les capacités physiques.

L'objectif des résidents

La peur de la déchéance physique est présente chez beaucoup de personnes âgées. La crainte des chutes diminue la prise de risque et, de fait, limite l'autonomie à long terme.

Le résident qui participe à l'atelier gym douce vient se rassurer sur ses capacités physiques. Il est donc important de répondre à cette demande, en proposant de trouver les limites individuelles de chacun. Non pas dans un esprit de compétition mais en acceptant et en faisant accepter au groupe le potentiel de chacun.

L'objectif de l'animateur

Dans les établissements d'accueil pour personnes âgées les groupes se forment en fonction des affinités, des milieux d'origines, des plaisirs et des loisirs.

Parallèlement, il n'est pas rare de voir les résidents atteints de déficience cognitive, isolés de ces groupes.

Créer un groupe qui fait référence aux capacités physiques inverse ce processus de hiérarchisation et permet à certains déficients cognitifs de prendre le leadership du groupe.

Ce travail sur l'image et sa revalorisation permet l'intégration des déficients cognitifs dans la vie relationnelle de l'établissement. Il ne s'agit pas, à ce niveau, de rabaisser les personnes limitées physiquement pour potentialiser les autres, non ! Mais plutôt de réguler les relations en mettant en avant le potentiel et les capacités de chacun.

D'autres objectifs d'animation doivent être présents

Le contact du corps

Lorsqu'on est résident, le toucher est un acte professionnel. Il y a contact de peau à peau lors de la toilette (sauf si le soignant porte des gants), des douches et autres soins courants.

L'animateur doit aménager son atelier pour favoriser les contacts physiques. Entre résidents, mais aussi entre lui et les personnes âgées. Ces contacts doivent être agréables.


L'échange

Passer un relais, donner un foulard ou un ballon, travailler un exercice à deux sont des gestes d'échange. "Je te donne, je prends." Il faut donc laisser le choix des partenaires et réguler ces échanges.


Le potentiel

Dans nos établissements les résidents n'existent souvent que par leurs difficultés, leur pathologie.Les aides-soignants pallient les manques, les infirmières, médecins, kinés traitent les problèmes de santé.

L'animateur n'a pas la compétence pour guérir une hémiplégie ou autres problèmes de santé. Son travail consiste à agir sur le potentiel.

Le message est : "Si vous ne pouvez plus vous servir du bras droit, travaillez les possibilités du bras gauche pour compenser."A partir de ce postulat peuvent débuter des projets de vie. Le résident n'est plus quelqu'un qui a des problèmes mais quelqu'un qui a un avenir.

Le plaisir

Comme dans toutes activités, le plaisir et la convivialité doivent être promus. Le plaisir d'être ensemble persiste bien après la séance de gym douce, dans la vie quotidienne de l'établissement. Le plaisir du corps lors des massages décontractants de fin de séance sont très appréciés.

Lire la suite : la séance



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -