Agevillage

La polymédication

Polymédication et iatropathologie du sujet âgé


Partager :

La prescription de plusieurs médicaments, appelée polymédication, n’est pas sans conséquence. Elle peut engendrer des pathologies que l’on appelle iatrogènes.

La polymédication concerne le plus souvent le patient âgé en raison de la fréquence des maladies auxquelles il peut être sujet.

Le professeur Claude Jeandel, chef de service du Centre de gérontologie clinique Antonin Balmes à Montpellier, nous rappelle les incidences de la polymédication et des iatropathologies chez la personne âgée.

Les personnes âgées sont plus particulièrement exposées aux accidents iatrogéniques favorisés par la polymédication et les posologies excessives.

Les pathologies iatrogéniques représentent entre 5 et 10 % des motifs d’hospitalisation après 65 ans et plus de 20 % d’entre eux après 80 ans.

Elles sont également à l’origine d’un coût économique élevé résultant d’une augmentation des dépenses pharmaceutiques et des coûts générés par ses conséquences (hospitalisation).

La plupart de ces conséquences sont évitables si l’on identifie au préalable les malades, les situations et les médicaments à risque.

Il faut être vigilant aux différents signes cliniques pouvant faire penser à une pathologie iatrogène : les chutes sont une des « marques de fabrique » de lapathologie iatrogénique, la perte d’équilibre, une altération de la vigilance,un syndrome confusionnel, des troubles gastro-intestinaux, des troubles du rythme, des troubles du goût et de l’appétit…Des malaises ou des syncopes peuvent la conséquence d’une hypotension artérielle hypostatique secondaire à un traitement anti-hypertenseur mal adapté ou d’interactions médicamenteuses.

Attention aux facteurs favorisants comme l’automédication, les erreurs de prise, la déshydratation, la dénutrition…Il est important de connaître l’ensemble des médicaments prescrits par les différents médecins (généralistes, cardiologues, dermatologues, pneumologues…), etde les en informer.

Les médecins doivent s’informer sur les effets indésirables et les interactions médicamenteuses engendrées par les médicaments qu’ils prescrivent.

Toute prescription doit être expliquée au malade en s’assurant qu’elle est bien comprise et acceptée. Il faut informer le malade et son entourage sur les effets indésirables, les accidents éventuels, les risques d’un sevrage brutal et améliorer la communication entre les différents prescripteurs.

Il faut, souligne le professeur Jeandel, "savoir prescrire et déprescrire, pour mieux represcrire".

Savoir "déprescrire" est aussi important que savoir prescrire.

Il faut aussi acquérir le "réflexe iatrogène", c’est-à-dire considérer tout nouveau symptôme comme un effet indésirable possible.

"Tout ce qui peut resocialiser une personne âgée malade, maintenir son autonomie et sa qualité de vie est important, mais ne passe pas obligatoirement par la prescription de médicaments", conclut le professeur.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -