Agevillage

Intergénération : colloque d'Angers 2003

Des réponses à des situations concrètes : visibilité et pérennité


Partager :

De nombreuses actions voient le jour un peu partout, mais ne sont pas encore très visibles du plus grand nombre. C’est avant tout leur absence de pérennité qui pose problème. Bien qu’enrichissantes pour ceux qui les vivent un temps, nombre d’entre elles restent encore trop soumises au désir d’un individu, tel instituteur, directeur ou directrice d’un établissement scolaire ou d’une maison de retraite met en place une ou des visites d’écoliers dans les maisons de retraites ou l’inverse. Mais lorsque ce porteur de projet s’éloigne, l’action trop souvent disparaît.Pour s’inscrire dans la durée, au-delà du juste « prétexte » nécessaire à la création d’un lien entre jeunes et vieux, il s’avère indispensable que ces expériences participent à une réelle politique de développement local et s’ancrent sur les spécificités d’un territoire.

Trois des opérations présentées au colloque d’Angers répondent plus précisément à cet objectif :

  • L’action Crèch’Pom, organisée par l’Association petite enfance d’Angers, s’inscrit dans une démarche globale d’aide à l’insertion et de développement des solidarités inter générations. Elle offre aux parents, cueilleurs de pommes que l’ANPE recrute à l’automne, la possibilité de faire garder leurs enfants, en mettant à leur disposition 15 places de crèche. Des retraités bénévoles donnent rendez-vous aux parents et aux enfants à la gare le matin, emmènent les petits et les y reconduisent le soir.
  • Des petits jardiniers sont initiés à l’Art du jardinage par les retraités de l’Association Amicale des jardiniers de la Doutre. Cette expérience, fait particulièrement sens. En effet, alors que les enfants reprochent aux vieux d’être lents et que les vieux déplorent souvent la trop grande rapidité des plus jeunes, les uns et les autres, se retrouvent devant une valeur temps incompressible et inextensible : le temps nécessaire à la pousse des légumes, des fruits, des herbes et des fleurs.
  • Le collectif des Aînés de Mantes-la-Jolie est également très actif. Sur le territoire du Mantois réside une forte population de migrants qui travaillaient dans les usines de construction automobile de la vallée de la Seine. Devenus âgés, ils sont à la recherche d’un projet de vie ici et dans le désir d’être mieux pris en considération par les acteurs locaux.Constitué depuis une douzaine d’année, ce collectif vient en aide aux personnes en difficulté, aux familles dans l’éducation de leurs enfants, joue un rôle d’interface auprès du service « Seniors de la Ville, transmet savoir-faire et culture d’origine…L’une des actions que mènent ces migrants vieillissants est particulièrement intéressante en raison de son ancrage sur le territoire. Le collectif est en effet partenaire du Service Développement durable de la ville dans l’organisation de séjours découverte en milieu rural pour des enfants âgés de 8 à 12 ans.Son rôle : sensibiliser et repérer les familles pouvant être intéressées, organiser des rencontres d’information avec ces familles, les aider à organiser les préparatifs, accompagner les enfants pendant leur séjour en famille d’accueil, sous la responsabilité des animateurs de la Ville.
  • Parmi les autres expérience présentées, il convient de citer :

  • L’Association Entr’âges de Bruxelles, pionnière dans le concept d’ « intergénérationalité », s’est créée, il y a plus de quinze ans pour rompre la solitude et l’isolement des personnes dans les maisons de repos, par la mise en place d’une plate-forme de visites et de formation des visiteurs.Aujourd’hui elle intervient sur 3 axes majeurs : la conception et l’aide à la réalisation d’actions ; la gestion d’un centre de documentation inter générations ; et depuis 2000 la mise en place d’un observatoire des pratiques intergénérationnelles.Animé par une équipe de bénévoles, le centre de documentation a pour objectif de mieux faire comprendre les réalités de l’âge, de développer le potentiel d’action des aînés, de favoriser les relations intergénérationnelles.
  • Radio Mix’âges, enfin, constituée d’une équipe de deux jeunes, deux jeunes adultes, deux personnes en cessation d’activité professionnelle et deux retraités avec le partenariat, du CCAS d’Angers et de Radio G, radio locale associative.Il s’est agit, ici, de favoriser la rencontres entre les âges au moyen d’un support de communication, de se découvrir et confronter ses opinions, de travailler et réfléchir ensemble sur le contenu d’une émission de radio et s’investir sur la durée.Trois émissions ont été enregistrées et chacune diffusée, en différé, deux fois dans la même semaine vers les auditeurs de radio G mais aussi les retraités des foyers logements de la ville, les scolaires et tout autre public dûment informé au par une sensibilisation préalable par la diffusion de tracts, un peu partout.Si aujourd’hui l’engagement à poursuivre de chacun des membres de l’équipe n’est pas encore assuré, il est certain que les liens qui se sont tissés entre ces personnes, eux, ont toutes chances d’être durables ….il y a des regards et des paroles qui ne trompent pas!
  • Ces actions, entre autres expériences présentées, s’ajoutent à d’autres, bien d’autres, déjà connues et reconnues pour leur efficacité ; parmi lesquelles « mamie-maman » une action de soutien aux jeunes mamans, « Grands-parrains et petits-filleuls », réseau de parrainage d’enfants...



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -