Agevillage

Aides optiques

L'éclairage


Partager :

Une différence de luminosité à peine perceptible pour un bien voyant pose pour un malvoyant un problème aigu de vision. Les choix techniques en matière d’éclairage sont pourtant désormais multiples. Il suffit pours’en convaincre d’examiner les rayons ampoules dans les grandes surfaces. Encore faut-il avoir le bon conseil.

bon sens et conseils

L’éclairagiste est le grand absent du processus de rééducation des malvoyants. Une maison bien éclairée est pourtant un gage de confort et de sécurité. Malgré la grande diversité des types d’atteintes de la vue, qui individualise forcément les besoins d’aménagement de l’éclairage, il existe quelques principes valables pour tous :

  • Privilégier la lumière du jour tout en gardant la possibilité de contrôler son intensité par le biais de stores par exemple.
  • Tenter de reproduire cet éclairage naturel en plaçant la source de lumière en haut et hors du champ visuel. La lumière doit être la plus uniforme possible en évitant les reflets sur les murs.
  • Multiplier le nombre de lampes en fonction des différents usages : lampe de bureau, halogène général, petit projecteur. Il est souhaitable que ces éléments soient facilement réglables et déplaçables de manière à procéder à différents essais.
  • Repositionner les éléments de la pièce en fonction de la gène visuelle ressentie ou les sources naturelles d’éclairage.
  • Mesurer la quantité de lumière, si possible à l’aide d’un luxmètre.
  • Chaque pièce, en particulier cuisine et salle de bains, nécessite une approche particulière. A défaut d’éclairagiste, vous pouvez consulter le guide éclairage d’EDF. Il est gratuitement à disposition au Centre français de l’électricité.

     



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -