Agevillage

Maison Carpe Diem : un regard différent, une nouvelle approche pour les malades Alzheimer

Les ressources humaines = ressources clés


Partager :

Nous avons rencontré Nicole Poirier, québecquoise, ambassadrice de sa petite unité de vie "Carpe Diem" dans le cadre des conférences du "Centre de rencontre des générations", qui avaient pour thème "Risquer la Vie". Nicole Poirier était venue témoigner de l'histoire de sa maison "Carpe Diem" à Trois-Rivières au Québec, fondée sur un nouveau regard porté sur les malades Alzheimer, leur famille.

Des inévitables "oui mais..." ce n'est pas possible..., ...on n'y arrivera pas, elle a tenté un "oui peut-être".
Balayant les obligations administratives, les carcants organisationnels (fonctions, organigrammes...), elle a travaillé, lu, écouté, appris des autres (société Alzheimer de la Mauricie) et a loué un presbytère qui n'était "pas aux normes" mais habité d'une âme.
Dix ans après, 30 salariés s'occupent de 15 personnes malades alzheimer, de leurs familles, et d'un reseau de services à domicile.

Son secret : le recrutement et la qualité des équipes qui travaillent au contact des malades, des familles.Pour Nicole Poirier, ces ressources humaines sont la haute technologie de la prise en charge.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

emeline

02/11/2015 12:11

mon rêve...


aide soignante auprès des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer depuis 10 ans....mon rêve serait d ouvrir ce genre de maison ici en France... avez 10 lits peut etre,mais je ne sais pas par ou commencer... en tout cas bravo!!!!!



remila

17/03/2013 14:03

création en france


Depuis que j'ai connaissance de vos structures, j'ai dans l'idée de faire la même chose en france. oublions les ratios dans un premier temps et plutôt partir sur l'idée d'une prise en soins différentes. Peut être suis je trop réveuse.... Mais pensez vous que cela puisse se faire en France?



cm, directrice

30/07/2010 18:07

çà marche !


la difficulté n'est pas tant dans des problèmes de ratios que dans la vision que l'on a de ce travail. J'ai vu fonctionner une unité de 10 résidents un peu sur ce mode là (c'est me semble-t-il le moyen naturel de s'occuper de ces personnes). Mais dans une plus grande structure. Les freins sont, me semble-t-il, soit les personnels qui ont peur de "se lâcher" soit les carcans de type hygiène en cuisine collective, protocoles , obligations légales diverses, etc. Le bien être des salariés et des résidents passe par des relations simples, de bon sens, étayées par un grand professionnalisme ... qui sait se faire discret !



Nicole Poirier

19/06/2010 11:06

Directrice


il est question de 30 salariés qui s'occupe également d'une trentaine de familles qui maintiennent une personne atteinte à domicile et ce' EN PLUS, des 15 personnes qui vivent dans la Maison Carpe Diem et de celles qui s'ajoutent pour l'accueil de jour. L'argument du ratio est souvent utilisé pour dire qu'en France, cette approche n'est pas possible. Or, il a été démontré que le ratio à Carpe Diem, si on considère l'ensemble des services qui y sont offerts, est INFÉRIEUR, aux ratios standards des EHPAD. Venez nous visiter, vous constaterez par vous-mêmes! Nicole Poirier Directrice Carpe Diem, Centre de ressources Alzheimer. Trois-Rivières, Québec



md

04/06/2010 13:06

cadre de santé en EHPAD


oui bien sur !! mais 15 résidents pour 30 salariés !! malheureusement la proportion est inversée en France ...c'est plutot 15 employés pour 30 résidents , quelque soit la qualité des professionnels on a du mal à faire aussi bien !!!




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -