Agevillage

Humanitude : de la philosophie à la pratique

Objectif : concevoir un lieu de vie « comme à la maison »(*)


Partager :

L’Etablissement « Le Chatelet », accueille 68 personnes âgées dépendantes dans 4 unités. En créant l’Unité de psychogériatrie prévue pour 11 personnes, en septembre 2003, Mireille Bochud s’est donné pour objectif d’en faire un lieu de vie oùles résidents sont accueillis dans le respect et où ils se sentent « comme à la maison ». Un des huit membres du personnel de l’établissement avait été formé à la « Méthodologie de soins Gineste Marescotti » en France. Mireille Bochud a souhaité mettre en place un nouveau cadre conceptuel selon cette approche des soins et parvenir à ce que tout le personnel de l’établissement y soit formé.Au démarrage de la démarche, la présentation du concept au cours d’une séance d’information/formation. Après un mois de pratique et d’observation, Mireille Bochud a constaté que l’organisation trop globale et les horaires trop stricts ne permettaient pas une prise en compte respectueuse de chaque résident. Entre 12 h 30 et 14h, par exemple, l’unité ne dispose dans ce créneau que d’uneseule personne, sur les 5 dont elle est dotée : tous les patients devaient faire la sieste. La situation était identique le soir à partir de 19 h30. Donc, des couchers effectués très tôt et des nuit très longues. Changer d’organisation pour entrer dans des rôles d’accompagnement de vie Le personnel suisse travaille 42 heures par semaine, soit 8h30 par jour, principalement avec des horaires coupés. Mireille Bochud a proposé les changements suivants :
  • Deux personnes travaillent de 7 heures à 16 heures et aident principalement les résidents dans les actes de la vie quotidienne. Une de ces deux personne partage, à midi, « le repas thérapeutique ».
  • Une personne fait 7h30-12 h et 16h30-20h30. Elle sert et accompagne les résidents au petit déjeuner, faitdes tâches d’intendance, aide les résidents dans les actes de la vie quotidienne en soirée.
  • Une personne travaille de 8 heures à midi et de 16 h à 20h30 uniquement dans l’accompagnement des résidents.
  • Une personne est présente de 19h30 pour l’animation : organisation des repas (repas surprises), des sorties, confection de pâtisseries, gymnastique, chant, décoration de la maison.
  • Des changements remarquables ont été rapidement constatés. Les résidents se lèvent et se couchent quand ils le désirent, vivent à leur rythme dans l’unité devenue pour chacun son « chez soi ».Une charte sur les 4 piliers de l’Humanitude a été élaborée -regard, parole, toucher, verticalité-. Elle est affichée dans le service et visible par tous. De nouveaux documents ont vu le jour : le « plan de soin a été réalisé, l’évaluation des toilettes.Le partenariat des familles a été renforcé par des entretiens qui permettent une meilleure connaissance de leur histoire de vie pour un accompagnement plus adéquat. Les familles ont une autre représentation et éprouvent moins de culpabilité à « placer » leur parent. Ils se sentent impliqués dans les activités de la vie quotidienne, comme il le faisaient avant. Une vraie collaboration entre le résident, la famille et les soignants a été mise en place. »Des soignants devenus partenaires des résidents. Chacun est unique, contribuer à lui permettre de garder cette unicité, offrir son soutien, prendre soin « avec », conserver le plus longtemps l’autonomie : voilà le défi de l’équipe de Mireille Bochud. « Notre regard a changé, nous voyons une personne avec sa dignité, avec son passé. Un passé que nous cherchons à comprendre pour se re-lier à la personne souffrant de pathologies mnésiques. Nous ne pouvons plus baisser les bras car nous avons des outils qui nous appartiennent : la tendresse, l’humour et aussi des outils que nous avons appris la valorisation, la diversion , la manutention » témoigne la soignante.Une forte conscience du besoin de formation pointue, continue et adaptée s’est fait sentir par les personnels soignants qui déploraient aussi être davantage dans des projets de « soins » que dans des projets de vie. Comme dans toute démarche qualité, « La méthodologie de soins » Gineste Maresotti implique l’adhésion totale de la direction de l’établissement. La formation a été suivie par tous le personnel de l’unité. Mireille Bochud est elle-même référente en manutention et en cours de formation pour devenir formatrice à « La Métho ».Les résultats liés à l’application de « La Métho » parlent :Avant : 36% de toilette complètes au lit ; 36% de toilette mixte lavabo/lit ; 28 % de toilette complète au lavabo.Maintenant : Toutes les toilettes sont effectuées debout, chaque jour 85% des résidents prennent une douche. Trois personnes désirent prendre un bain détente par semaine.Avant : la moitié des personnes avait une alimentation mixée ; un tiers était un peu ou totalement aidé pour manger.Maintenant Toutes les personnes accueillies ont une alimentation normale et mangent seule, avec toutefois l’autorisation de manger avec la main.



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -