Agevillage

Cicatrisation et nutrition - Escarres : signes d'alerte et prévention


Partager :

En France, on estime à près de 300 000, les personnes atteintes d’escarres. Cette maladie se définit comme une plaie plus ou moins profonde, provoquée par une compression excessive empêchant l’oxygénation des tissus et aboutissant à la nécrose des tissus. La nutrition joue un rôle majeur dans la prévention et le soin spécifique.

LA PERTE DE SENSIBILITE
La perte de la sensibilité ne permet pas à la personne de répondre de manière adaptée à la douleur et à l’inconfort. Le malade ne change pas de position ou ne demande pas d’aide pour le faire.

>>Actions :
  • Alterner les positions
  • Surveiller et masser doucement les zones à risque


  • L’IMMOBILISATION PROLONGEE
    La pression prolongée de la peau entre le plan du lit et une saillie osseuse aun rôle essentiel dans l’apparition d’escarres. La position courante de repos a l’inconvénient de mettre sous pression la zone sacrée et les talons où les escarres sont fréquentes.

    >>>Actions
  • Eviter une position perpendiculaire au plan du lit (décubitus latéral) quifavorise les escarres trochantériennes et des malléoles
  • Disposer un lit à dossier relevable électriquement
  • Utiliser des morceaux de mousse à placer sous les mollets
  • Changer de position toutes les 2 à 4 heures. Cette fréquence dépend de la qualité des supports, de la capacité physique du malade à changer de postures et chez la personne âgée, de la continence.

  • LE MANQUE D'HYGIENE CORPORELLE
    Les incontinences urinaires et fécales et l’humidité excessive liée à la transpiration et à la fièvre favorisent la macération. Elles constituent un risque potentiel de développement d’une escarre.

    >>>Actions :
  • Laver la peau à l’eau tiède
  • Maintenir une peau propre et sèche
  • Exercer une surveillance pluriquotidienne de toutes les zones d’appui
  • Eviter les frottements

  • LA DENUTRITION
    Les patients présentant des escarres subissent tous une perte de poids, qui est le plus souvent récente. Une perte de poids supérieure à 5% en 1 mois et un apport calorique inférieur à 1200 kcal par jour (pour une personne de 60 kg) sont des signes de dénutrition. De plus, les pertes énergétiques augmentent en fonction de l’importance de l’escarre de manière significative.

    >>>Actions :
  • Effectuer un suivi nutritionnel (ex : poids)
  • Proposer une complémentation nutritionnelle si les apports ne sont pas suffisants
  • Etablir une prise en charge nutritionnelle spécifique (riche en protéines et en précurseur du collagène) et adaptée en fonction du stade de l’escarre
  • Pour en savoir +



    mis à jour le

    LIRE AUSSI

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -