Agevillage

Quelles sont les situations responsables de la déshydratation ?


Partager :

L’organisme perd naturellement entre 1,5 à 2 litres de liquides par jour répartis entre la sudation, la respiration et l’élimination urinaire. La déshydratation survient en cas d’un déséquilibre de la balance hydrique suiteà une augmentation des pertes d’eau, lorsque celles-ci ne sont pas compenséespar une augmentation suffisante des apports, et en cas de réduction des apports en eau (eau de boisson et eau des aliments).

SITUATIONS AUGMENTANT LES PERTES HYDRIQUES

La fièvre, une chaleur intense (canicule ou chauffage), un exercice physique ou un trouble intestinal de type vomissements ou diarrhées favorisent la déshydratation. Les personnes âgées y sont particulièrement sensibles.

  • Chez l’adulte en bonne santé, l’exercice physique conduit à un travail musculaire qui produit de la chaleur. La transpiration constitue le système de refroidissement de l’organisme. Cet excès de sudation est un facteur de déshydratation.
  • La fièvre et la chaleur représentent une perte hydrique supplémentaire de 0,5L par degrés au-delà de 38°C de température corporelle ou extérieure.
  • SITUATIONS POUVANT REDUIRE LES APPORTS HYDRIQUES ET NUTRITIONNELS

  • L’anorexie, symptôme phare de la malnutrition protéino-énergétique qui s’exprime par la perte du besoin et plaisir de manger.
  • Les troubles de la déglutition, les troubles buccodentaires avec en particulier des candidoses oro-pharyngées, des glossites par carences en micronutriments, et la sécheresse buccale.
  • Les troubles de conduites alimentaires tels que l’hypochondrie, la phobie du cholestérol, les comportements d’autodestruction.
  • Les maladies neurologiques telles que la maladie de Parkinson, d’Alzheimer, les démences qui se caractérisent par l’absence de sensation de besoin, l’impossibilité de se rappeler le dernier repas, l’absence de reconnaissance des mets, la diminution du seuil de perception des odeurs, voir du goût.
  • L’isolement familial, la mise en institution, un état dépressif, la perte d’un conjoint, la dépendance totale vis-à-vis d’un tiers, la perte d’autonomie pour les actes de la vie quotidienne (en particulier pour l’alimentation) sont des causes responsables de la diminution des apports hydriques et nutritionnels.
  • LA DENUTRITION ENTRAINE UNE DIMINUTION DE LA TENEUR EN EAU DANS L’ORGANISME

  • La dénutrition est un risque de déshydratation car la quantité d’eau liée aux aliments diminue parallèlement à la diminution des apports. Or la quantité d’eau dont l’organisme a besoin est apportée par les boissons, mais aussi en quantité presque équivalente par l’eau liée aux aliments.
  • La baisse des nutriments dans le sang ne permet pas de retenir correctement l’eau et la perte de masse maigre (qui contient 73% d’eau) renforce cette déperdition.
  • Inversement, le sujet déshydraté est à risque de dénutrition car la perte hydrique accentue une anorexie d’origine centrale, avec d’une part diminution des neuromédiateurs stimulant l’appétit, d’autre part une modification du comportement augmentant le risque de dénutrition et déshydratation.
  • Les relations dénutrition-déshydratation sont très étroites et tous les facteurs de perte de poids depuis la perte d’appétit jusqu’au processus infectieux sont susceptibles d’entraîner une déshydratation. S’hydrater, c’est aussi bien s’alimenter.En savoir plus sur Nestle Nutrition



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -