Agevillage

La Méthodologie de soin Gineste Marescotti : "un merveilleux outil de management", témoignage d'une cadre de santé

Témoignages de familles


Partager :

A l'établissement

Courrier envoyé par une famille d’un résident décédé après 2 ans de vie dans notre établissement, hémiplégique aphasique avec des troubles du comportement d’origine frontale, et une fin de vie que nous avons voulue digne en évitant la pose d’une gastrostomie : 

« A l'attention de :  
La Direction des "Lavandines"
Au Cadre se santé
Au Médecin coordonateur
A la  Psychologue
Aux Infirmières
Aux Aides soignantes jour et nuit
Au personnel de l'Accueil
A l'équipe d'Animation
Au personnel de l'Entretien
A l'équipe des Cuisines
Au personnel de la Lingerie 

Ainsi que les personnes extérieures à l'Etablissement :
Notre médecin traitant
Le kinésithérapeute
L'orthophoniste
Le Docteur  chef de service à l'Hôpital de B
Le Docteur  responsable des soins palliatifs à l'Hôpital de B 

Mesdames, Messieurs,

Mon mari, C C, né le 19 Septembre 1935, s'est éteint le 12 Décembre 2009 dans la maison de retraite des "Lavandines" après 2 ans de séjour dans cet établissement où il était rentré après un AVC survenu le 22 Mars 2004, le laissant à 80% handicapé, "hémiplégique et aphasique" jusqu'à la fin de sa vie, soit un calvaire de 6 années.

Après quelques mois de récupération, nécessaires à mon équilibre personnel, je tiens à vous  dire, par écrit, la satisfaction que j'ai ressentie durant toute la période où mon mari a séjourné dans votre Maison. Il est bien évident que je n'ai pas attendu aujourd'hui pour me manifester. Je l'ai fait oralement tout au long du séjour  puis après le décès de mon mari, tant auprès de la direction, du médecin, de la psychologue que du personnel soignant et des personnes intervenant dans la vie de tous les jours. 


Les infirmières ont toujours pris le temps nécessaire  pour m'écouter, être attentives à mon mari, répendant une ambiance apaisante, communiquant auprès de nous d'une manière spontanée.

Mon mari s'exprimait par les yeux, une main, savait charmer mais aussi se révolter violemment ... il vivait au moins !! Mais quelle patience pour toutes les personnes qui se sont occupées de lui sans cesse, sans se plaindre avec  professionnalisme.

Toute l'équipe des aides soignantes est aussi à féliciter pour les soins enseignés qu'elles appliquaient, les toilettes apportées à mon mari aux heures où il était le plus réceptif, ce qui indiquait la disponibilité, le regard, la compassion. J'avais été informé qu'elles suivaient une formation sur l' "Humanitude " qui, sur de nombreux points convenait à mon mari.

Cette ambiance calme et attentive se répercutait sur tout le personnel de l'établissement avec qui j'ai toujours pu dialoguer spontanément et qui a montré une équipe soudée, souriante et sympathique.
J'ai pu, grâce à elles et eux, accompagner mon mari tout au long de cette terrible épreuve et suis absolument consciente que sans l'aide colossale de cette grande équipe soignante, nos vies auraient pu basculer dans le cauchemar. Il serait utopique de penser que tout a été toujours facile, idyllique mais le dialogue avec les personnes concernées par nos problèmes a toujours été possible entraînant leurs résolutions dans la grande majorité.


Son orthophoniste et son kiné lui ont permis d'avoir encore un peu d'espoir en lui apportant leurs savoirs.
Je terminerai en félicitant  les médecins des Lavandines et du service de l'hôpital  de B  où avait été hospitalisé mon mari ainsi que  notre médecin de famille  car ils  se sont concertés, déplacés de nombreuses fois pour le soigner humainement dans des conditions de fin de vie extrêmement dures. Je leurs en suis très reconnaissante.J'ai rencontré des personnes de grande qualité et je vous en remercie.
Madame C C-R

Au Secrétariat d’Etat aux personnes âgées

Madame la Secrétaire d’état

Ma mère Geneviève M------ ,atteinte de la maladie d’Alzheimer, a résidé à la maison de retraite «  Les Lavandines » de juin 2008 à Février 2009

Je tenais à vous faire part de ma grande satisfaction sur les conditions de vie de ma mère durant son séjour dans cet établissement
Sa fin de vie et son décès ont étés gérés avec la même humanité et le même professionalisme.
Les résidents dont le personnel s’occupe activement sont traitées avec respect, sollicitude et compétence.
L’encadrement joue pleinement son rôle «  d’animation » mais aussi de contrôle, très disponible pour les familles, celles-ci sont écoutées et leurs remarques sont prises en compte dans la mesure du possible.
Je porte à votre connaissance quelques faits qui peuvent paraître anecdotiques, mais sont en fait significatifs.
Malgré de nombreuses pathologies lourdes, d’origine dégénératives, type Alzheimer, le calme règne dans les locaux, peu de cris ou s’ils se produisent, intervention du personnel.
Pas d’odeur d’urine, preuve que les personnes âgées incontinentes sont changées régulièrement.
La famille peut se présenter à n’importe quelle heure, sans prévenir, et voir son parent.
Ce tableau idyllique est un peu assombri par l’insuffisance de budget dont dispose l’établissement qui se manifeste par l’aspect défraichi et parfois un peu vétuste des communs et des chambres.

Je tenais également à souligner qu’il est nécessaire qu’il y ait un nombre plus important de structures de ce type. En effet, le maintien à domicile, quelles que soient les aides est, sauf exception, impossible, à un certain moment, dans le grand âge. Que la maladie et le grand âge ne peuvent donner lieu à "bénéfices". La collectivité doit en assurer la gestion et le financement complémentaire par la voie fiscale.
Les «  maisons de retraite » doivent être publiques comme « Les Lavandines » et de ce fait accessibles à tous sans condition de revenus.

Seule une prise en charge de la dépendance, par le secteur public, peut assurer aux personnes âgées dépendantes que les valeurs qui président à la gestion de ces établissements sont :
- le respect
- l’humanité
- la recherche du bien être du résident
- le désintéressement

Je vous prie d’agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de ma respectueuse considération.
Monique M.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Sabine

14/06/2012 08:06

Humanitude !


Bonjour à tous et à toutes ! Je souhaite réagir sur le concept de l'Humanitude. Il y a quelques années, j'ai eu la chance de suivre cette formation. Si je n'en ai pas vu les bénéfices immédiatement, ils sont apparus très rapidement. Je continue à suivre ces préceptes le mieux possible dans ma vie d'aide soignante de tous les jours.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -