Agevillage
  >   Actualités  >     >   Un rebelle vieillissant, in...

Un rebelle vieillissant, intervention de Jean Giard aux 16èmes Assises Locales Gérontologiques


Partager :

Jean Giard est le fondateur d'Alertes 38. Il est intervenu aux 16èmes Assises Locales Gérontologiques organisées par la Municipalité de Saint Martin d’Hères en mai 2013. Nous vous livrons son intervention.

"Je suis un rebelle vieillissant… Et j’ai l’intention de le rester le plus longtemps possible.

Rebelle je le suis quand dans le Petit Robert pour définir les vieux on peut lire : Qui a les caractères physiques ou moraux d’une P.A. Voir : caduc, décrépi, sénile... alors que dans certains pays, pour parler d’un homme devenu sourd avec l’âge, on dit  “il est tellement grand que notre parole n’arrive pas jusqu’à lui.”

Il s’agit là d’un défi que la société française se doit de relever : Les vieux ont droit à la parole, et à la parole libre autant que quiconque et quels qu’ils soient, dans le respect de leur diversité, de leur histoire, de leur situation, de leur culture. La personne humaine n’a pas d’âge; elle a une dignité. Ils ont tous quelque chose à nous dire, y compris ceux, prisonniers du silence, pour qui le regard aussi furtif soit-il en dit parfois plus long que bien des discours.
Mais s’ils ont droit à la parole, et si on leur donne la possibilité de s’exprimer, c’est pour être écoutés et entendus. Sinon le droit à la parole n’a plus de contenu, voire de sens.

La vieillesse n’est pas une maladie. Ce qui nous définit, ce n’est pas tant notre âge que ce que nous avons fait de notre passé et ce que nous comptons faire de notre avenir. Car quelque soit notre âge, nous avons un avenir et donc un projet de vie. Il n’y a pas de vie humaine sans projet ; à condition de faire en sorte que les personnes âgées qui sont encore en mesure d’être utiles puissent l’être.
La Persaonne Agée doit être reconnue comme une personne à part entière ayant des droits à faire valoir ne serait ce que celui de pouvoir choisir son chemin et son rythme, de s’assumer, de se tromper. Il  n’y a pas de dignité sans liberté.

Rebelle je le suis, tant que les retraités avec les enfants apporteront la plus forte contribution à la hausse de la pauvreté, tant que pour les plus de 60 ans le taux de pauvreté, selon l’observatoire des inégalités, demeurera un phénomène inquiétant qui pourrait se prolonger sur le long terme, tant que 48% des retraités vivront en-dessous du seuil de pauvreté. De plus en plus, on verra arriver à l’âge de la retraite des générations dont les carrières ont été marquées par le chômage, de plus en plus de femmes davantage touchées par la précarité de l’emploi, ce qui se traduira par des pensions plus faibles.
Rebelle, je le suis d’autant plus que ce sont les personnes en grande difficulté qui auraient le plus besoin de participer à la vie de la cité sous quelque forme que ce soit, en particulier, par des activités bénévoles et de se faire entendre qui en sont le plus éloignées.

Rebelle je le resterai, car il vaut mieux vieillir acteur que simplement actif.

On me demande parfois comment, à mon âge, je peux continuer d’avoir une activité bénévole aussi importante. Le comment tient à ce que je pense que, sauf accident, on vieillit comme on a vécu. Or mes engagements syndical, politique, électif, associatif ne datent pas d’aujourd’hui. Aujourd’hui est le prolongement naturel de ces quelques décennies.

Comme l’écrivait E. Mounier : « Nous ne nous engageons que dans des combats discutables sur des causes imparfaites. Refuser pour autant l’engagement, c’est refuser la condition humaine. »

J’ai trouvé dans mon engagement le sentiment d’être utile à la société et d’agir pour les autres, un épanouissement personnel, des rencontres et des amitiés fortes, de répondre à un devoir de transmission de l’histoire mais aussi des valeurs pour lesquelles nous avons tous combattu… Cet engagement est source de lien social. Il donne du sens au temps qu’il me reste à vivre...  Il est une nécessité pour soi et pour la société.

Ayant accompagné mon épouse de nombreuses années dans la maladie d’Alzheimer, je me suis souvent demandé comment dans ces conditions, être actif, participer, prendre des responsabilités, exercer pleinement sa citoyenneté… pour à la fois, lutter contre le sentiment de culpabilité, contre la solitude et mieux connaître la maladie pour y faire face au mieux et pas seulement faire avec. 
J’ai adhéré à l’association Isère Alzheimer. J’y ai trouvé la compréhension, l’amitié, le soutien, la compétence qui m’ont permis de surmonter et de comprendre l’incompréhensible.

J’ai créé l’association Alertes, dont le manifeste adopté par son assemblée générale constitutive en Juin 2003 déclare : « Les personnes âgées ont droit elles aussi au bonheur ».

Rester rebelle, cela veut dire à la fois s’indigner, résister, mais aussi proposer et rassembler. Vaine est la critique sans l’engagement. Face au monde qui change, le besoin est grand de la mobilisation et de l’intervention de toutes les intelligences et expériences.
Source d'épanouissement personnel, le bénévolat peut permettre de donner du sens à sa vie à tout âge, ainsi en témoignent les bénévoles qui expriment à quel point se préoccuper des autres les satisfait et les épanouit. Si le bénévole met ses compétences au service de son engagement, il en acquiert d'autres par le partage au sein du secteur associatif, ou dans une démarche de transmission entre générations.

C’est pourquoi il nous faut soutenir et initier toutes les initiatives qui contribuent à changer profondément le regard de la société sur le vieillissement, afin de donner à chacun la possibilité de s’exprimer, d’être entendu et d’agir sur son territoire, inclure davantage la dimension intergénérationnelle dans les préoccupations politiques, de développer et renforcer la citoyenneté, défendre mais aussi promouvoir les droits des retraités et personnes âgées.

Nous avons un monde à inventer, et à préparer ensemble le meilleur avenir souhaitable pour les générations".


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

romans

12/12/2013 11:12

Rebelle aussi


http://www.maveritesur.com/alain-fournier/detournement-de-la-casa-l-autonomie-des-personnes-agees-en-peril/679 ....
Les personnes agées sont le devenir de notre société autrement notre monde n existera plus



IO

11/12/2013 11:12

MERCI !!


Comment ne pas être touchée par cette magnifique intervention !? "Rester rebelle, cela veut dire à la fois s’indigner, résister, mais aussi proposer et rassembler. Vaine est la critique sans l’engagement". Je suis alors moi aussi rebelle et comme vous j'espère le rester le plus longtemps possible face à ces injustices et bêtises humaines, qui isolent ceux qui ont besoin d'aide et aussi qui veulent aider... Les quelques épreuves de la vie que j'ai du affronter, m'ont permis de réaliser ce qui me tient à coeur : aider les autres... Famille, amis mais aussi autrui ce qui m'a permis de faire de fabuleuses rencontres et de lier de belles amitiés... Une pensée toute particulière pour Brigitte partie trop tôt, mais aussi pour Ghislaine (une rencontre inattendue) que je soutiens dans son combat dans un seul but mettre à profit nos compétences aux services des autres, comme elle a pu le faire auprès des personnes âgées pour lesquelles elle a tant d'affection, à travers son métier dont elle a été éloignée injustement. Merci à vous...



granchef

10/12/2013 15:12

Bravo!


Félicitations pour cette réaction. A 86 ans je me rends encore utile en faisant du bénévolat, en particulier en formant à l'informatique des personnes âgées. Tous les vieux ne sont pas gâteux et il est temps de porter sur eux un autre regard mais aussi de leur venir en aide par des mesures simples qui ne coûtent rien
Persévérez dans votre action.



Gigi la rebelle

10/12/2013 12:12

souhaiterait contact téléphonique


voici un site du collectif créé pour me défendre. Je suis directrice d'EHPAD depuis 25 ans. arrêtée en plein vol en raison de la politique choletaise qui m'a mise au placard !! plusieurs requêtes au TA + une plainte au pénal. Etant dispo. par la force des choses, je veux mettre mes compétences aux services des autres (comme je l'ai toujours fait pour les personnes âgées). http://www.collectif-trementines.com/
Je connais bien Claudie Jarry, Président de la FNADEPA
Voici mes coordonnées : 0241629390 ou 0676175294 Ghislaine DURET (49340 Trémentines)



princesserouge

10/12/2013 10:12

Chapeau !


Chapeau pour ce que vous faites, et ce que vous avez fait pour votre épouse. Je mets ici un autre témoignage d'engagement qui m'a lui aussi fait réfléchir et que j'ai beaucoup aimé: c'est un témoignage d'une aidante : « Seule jolie parenthèse, j’ai passé mon après midi à garder le conjoint d’une amie, il souffre d’Alzheimer ; ainsi mon amie à eu son après midi. Je l’ai vu revenir avec la joie sur le visage. C’était un moment rien que pour elle. J’étais émue de voir ce bonheur. La satisfaction aussi d’avoir tendu la main. Donner sans espoir de retour, être là juste pour quelqu’un. Parfois l’intérêt d’un seul prime sur l’intérêt de beaucoup... J’ai conscience que plein d’aidants auraient besoin de souffler eux aussi. Mais comment faire ? Il faudrait une grande chaine de solidarité... ». Belle journée à tous!




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -