Agevillage

Jean-Marc Ayrault présente les grandes mesures de la loi d'adaptation de la société au vieillissement

APA, logement, prévention santé


Partager :

Jean-Marc AyraultJean-Marc Ayrault, Premier ministre, a dévoilé mercredi 12 février lors d'un déplacement à Angers, "Ville Amie des Aînés", les principales mesures de la future loi pour l'adaptation de la société au vieillissement : une augmentation de l'APA et la création d'une aide au répit pour les aidants.

Le projet de loi pour l'adaptation de la société au vieillissement
a été présenté par Jean-Marc Ayrault, premier ministre, le 12 février. Il comprend plusieurs volets étalés dans le temps. 

ACCOMPAGNEMENT à partir de 2015
A partir de 2015, "l'APA" à domicile (Allocation personnalisée à l'autonomie), qui bénéficie à 700.000 personnes sera revalorisée de 375 millions d'euros par an. Cette somme permettra :
- un relèvement des plafonds d'aide mensuels : les allocataires les plus handicapés pourront espérer une heure d'aide par jour en plus, tandis que les plus autonomes pourront prétendre à une heure en plus par semaine.
- une réduction du reste à charge : en fonction de son niveau d'autonomie et de ses ressources, la personne âgée verra sa contribution réduite jusqu'à 60%. Les titulaires du minimum vieillesse seront totalement exonérés.
- la professionnalisation des aides à domicile : les salaires des aides à domicile seront revalorisés (surtout les plus bas d'entre eux) et les déplacements seront partiellement compensés.
- un portail internet permettra à chaque personne de choisir son établissement en connaissant ses droits et ses aides.
- le Financement des aidants : une aide maximale de 500 euros par an, dite aide au "répit" est prévue pour les 4,3 millions de personnes qui s'occupent régulièrement d'un proche âgé ou dépendant.
- Création d'un "'Haut conseil de l'âge": il sera compétent sur tous les sujets concernant la vieillesse.

PREVENTION à partir de 2015
L'an prochain, des actions de prévention commenceront d'être mises en place pour réduire l'entrée des retraités âgés dans la perte d'autonomie.
140 millions d'euros seront consacrés chaque année à ce volet.
- aides techniques : le gouvernement souhaite généraliser l'accès aux dispositifs de téléassistance et de domotique (comme les chemins lumineux anti-chute). Le but est de prolonger autant que possible le maintien à domicile. 
- prévention: des campagnes de formation et d'information seront régulièrement lancées sur des sujets de vie quotidienne comme le sommeil, le bon usage du médicament ou la nutrition. Les départements, les mutuelles et les caisses de retraite ont commencé de se mobiliser sur ces sujets. 
- lutte contre le suicide: Le gouvernement veut lutter contre l'isolement social des personnes âgées et améliorer le repérage et le traitement de la dépression.

ADAPTATION  DU LOGEMENT à partir de 2017
Le maintien à domicile passe par différentes mesures d'aide à l'habitat
- Rénovation. L'Agence nationale d'amélioration de l'habitat (Anah) verra son budget abondé en 2015 et 2016 de 40 millions d'euros dans le but de financer des mesures d'adaptation du logement.  80 000 logements privés pourraient être réhabilités d'ici 2017. Le crédit d'impôt existant pour certaines dépenses d'adaptation des logements sera étendu aux nouvelles technologies de soutien à l'autonomie.
- Foyers-logements. Ces logements dits "intermédiaires" situés entre le domicile et la maison de retraite seront rebaptisés en "résidences autonomie". Un forfait de 40 millions d'euros par an financera des actions de prévention et d'animation.
- Droits et liberté. Le projet de loi réaffirme la liberté de toute personne âgée d'aller et venir ou le respect du consentement de la personne lors de l'entrée en maison de retraite.
- Facturation à la consommation. Les futures résidences services ne pourront plus facturer les services non utilisés, comme obligatoires à l'intérieur des charges de copropriété. Une mission va examiner comment appliquer cette nouvelle règle aux résidences existantes.
- Création d'un "volontariat civique senior": non rémunéré, il valorisera l'engagement républicain bénévole des personnes âgées.
 
Faute de moyens, l'ambition gouvernementale de réduire la facture des particuliers hébergés en maisons de retraite a été repoussée à 2016. 


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Antilope

21/02/2014 15:02

Domicile


Un début...mais pas suffisant : Si nos aînés pouvaient faire le choix ,DOMICILE ou EHPAD... On aurait pas besoin de 500 OOO places supplémentaires d'ici 2040 !!! Je pense que je rêve car en 2040 j'aurais 92 ans et moi comme beaucoup de personnes qui connaissent l'ehpad NON !!!



Amélie

19/02/2014 09:02

Accès aux différents services à domicile


trop souvent ignorance ou abandon des multiples démarches pour bénéficier de services à domicile :nécessité de renforcer le rôle des CLIC ET RELAIS DE PROXIMITE DES MAIRIES (le transfert de compétences vers CIAS des communautés de communes ou d'agglomération se traduit par éloignement DE FAIT pour familles et personnes concernées !)




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -