Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : les irritants sociaux

Edito : les irritants sociaux

Des indices de la considération portée


Partager :

Connaissez-vous les irritants sociaux ?

Ce sont des réalités très concrètes qui traduisent des dégradations des relations (entre collègues, avec l'encadrement de proximité, les représentants du personnel) mais aussi des difficultés non prises en compte dans les conditions de travail, l'absence de réponse aux questions répétées, aux problèmes du quotidien et aussi l'absence d'autonomie des équipes sans oublier l'absence d'attention du management.

Ils exigent une attitude exemplaire de l'encadrement, qui sera pragmatique, qui saura donner de l'autonomie, être proche, et surtout qui saura dire "bonjour" et "merci".

La littérature montre que ces irritants sociaux sont souvent peu perçus par la hiérarchie.

Comment ne pas voir un parallèlle avec la difficulté des équipes de direction à voir ces "irritants sociaux" et celle des gouvernements successifs à se frotter à la révolution démographique, la non-adaptation des moyens, des compétences, des métiers aux polypathologies, aux situations complexes, aux tensions familiales, aux tensions financières, sans oublier à la révolution numérique et écologique.

Comment sans moyens, sans soutien, assurer l'aide et les soins aux domiciles s'insurge Guillaume Quercy de l'Una ? Comment consolider la vie sociale dans tous les lieux de vie ? Comment répondre aux demandes de spiritualité ? Comment proposer de nouvelles formes d'habitat intermédiaire, assurer la lutte contre la dénutrition avec ces professionnels mal connus que sont les diététiciens ?

La France est en retard. Elle le sait mais elle tarde à réagir au prix de la santé des personnes âgées fragilisées et des professionnels qui prennent soin d'elles.

Après les mouvements sociaux de 2018, le Président de la République s'est engagé à ce que le gouvernement propose une loi d'envergure à la fin de cette année.

A partir des recommandations du rapport Libault, Agnès Buzyn a demandé à l'ancienne ministre du Travail Myriam El Khomri de lui remettre un rapport sur les métiers du grand âge en tension pour mi-octobre.

Mais l'urgence de la situation ne semble pas entendue s'inquiète Pascal Champvert, président de l'AD-PA, membre de l'intersyndicale des  professionnels au service aux personnes âgées.

Il faudra traiter les irritants sociaux au sein des organisations médico-sociales.

Mais l'urgence est de redonner du souffle à ces magnifiques métiers mal connus, mal perçus, mal considérés par les professionnels eux-mêmes.

Les professionnels n'en peuvent plus. Ils sont aussi aidants de leurs proches et Agnès Buzyn a annoncé ce 3 juillet une indemnisation du congés proche aidant au sein du PLFSS 2020.

Ces professionnels de l'aide et du soin ont le sentiment d'être abondonnés. Or ils sont indispensables à la révolution de la longévité. Et certaines équipes retrouvent du sens à leurs accompagnements : quel plaisir de voir leur fierté dans les yeux des équipes qui parviennent à décrocher le Label Humanitude par exemple.

L'irritant serait que ces réalités continuent d'être ignorées.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -