Agevillage
  >   Actualités  >     >   Adopter les bons réflexes e...

Adopter les bons réflexes en période de confinement par Michel Billé

Le sociologue Michel Billé partage ses bonnes pratiques pour faire face à cette période de confinement


Partager :

Pendant cette période de crise et de confinement, génératrice de troubles et d’anxiété, la rédaction d’Agevillagepro a demandé au sociologue Michel Billé des éclairages pour accompagner de façon adaptée les personnes les plus fragiles.



Il serait évidemment bien indécent de venir donner des leçons à celles et ceux qui, dans des fonctions multiples, s’emploient chaque jour à accompagner, accueillir, soigner, aider nos contemporains les plus âgés,  qu’ils soient accueillis en établissement ou soutenus à domicile. Nous savons à quel point les conditions de travail sont difficiles en général et actuellement en particulier, au moment où le covid 19 nous contraint tous à repenser pour une part au moins, nos manières d’agir, d’aider, de nous situer vis à vis des autres etc.
Mon intention n’est donc pas ici de dire ce qu’il faut faire ou ne pas faire, mais de soutenir celles et ceux qui agissent et, pour cela, de partager quelques réflexions qui voudraient rester modestes.

Forcément les pratiques des uns et des autres se transforment. Ne pas toucher, porter des gants, se masquer, entrer en relation avec une personne elle-même masquée… Ne pas sortir, ne pas réunir des personnes qui ordinairement se côtoient chaque jour, respecter des distances physiques, relationnelles et par conséquent sociales, bref, tout cela implique évidemment des conséquences que l’on peut difficilement prévoir anticiper, deviner… Il nous faut donc observer, attentivement pour ne pas passer à côté d’éléments et de comportements qui seraient peut-être lourds de sens. Observer et… parler!

Plus que jamais, dans ce genre de circonstances, les personnels ont besoin, auraient besoin de parler, de dire leurs observations, de partager leurs inquiétudes, leurs angoisses, parfois… Il est pourtant fort probable que le temps manque pour que cette parole puisse advenir. Ceci nous ramène à la nécessaire prise de conscience de l’insuffisance de moyens en personnels formés, presque partout dans les services ou établissements accueillant et accompagnant les personnes âgées dans notre pays.

Ces conditions très particulières que nous vivons peuvent bien sûr entraîner chez les personnes accompagnées des comportements troublés et troublants. Excès de parole ou de silence, gestes inappropriés, paroles grossières, violence parfois, tristesse excessive, etc. Le confinement peut être vécu comme une privation de liberté plus que comme une mesure de protection… Il est alors perçu comme un enfermement abusif insupportable et insupporté ! On peut le comprendre ! Il nous faut alors écouter, parler, expliquer et recommencer, écouter encore…

Les personnels qui réalisent ces accompagnements quotidiens savent combien il est indispensable de proposer des choix. Le confinement prive justement du choix fondamental que nous avons tous: faire ou ne pas faire, sortir ou ne pas sortir, aller voir ou ne pas aller voir, recevoir ou ne pas recevoir… Il faut donc inventer ou mettre en valeur des choix encore possibles dans ce quotidien rétréci par le confinement… Choix vestimentaires, alimentaires, choix d’occupations simples, de jeux, de lectures de programmes de télé, etc… et choix divers pour chacun.

Les comportements seront certainement moins troublés si les choses sont dites, parlées, si les personnes sont écoutées et si elles ont le sentiment intime d’être prises en considération. Mais cela demande des moyens, de la disponibilité…

Et puis tous et quel que soit notre âge et notre état de santé, qui nous fera rire dans cette période particulièrement triste ? Il nous faut absolument activer ici l’humour qui fait du bien, qui détend, dédramatise. Ce n’est pas forcément facile surtout pour un personnel qui peut légitimement lui aussi avoir peur, être tendu, contracté, inquiet… Pourtant plus que jamais l’humour pourrait remplir sa fonction.

De même pour l’art, la musique en particulier… Au moment où partout on nous enjoint de surveiller davantage pour prévenir, éviter, maîtriser, réduire la contagion,  à ce moment de surveillance généralisée, n’oublions pas que J.S. Bach n’écrivait pas le « choral du surveillant » mais le « Choral du Veilleur » et qu’écouter de la musique est une bonne manière d’apaiser, de veiller sur… de retrouver la nécessaire sérénité.

Les personnes qui souffrent de maladie neuro-évolutive (par exemple de maladie d’Alzheimer) sont souvent particulièrement sensibles aux ambiances dans lesquelles nous les faisons vivre. Sans doute seront-elles moins accessibles à un raisonnement, à un discours pour expliquer, (encore que l’on ait parfois des surprises) en revanche elles seront sensibles à une ambiance que, malgré le confinement, les soignants et accompagnants auront su rendre apaisée et apaisante.

N’ajoutons pas de la contrainte à la contrainte, le confinement est dur, surtout s’il n’est ni expliqué ni compris. Les comportements troublés par un environnement parlent à la fois de la personne qui a ces comportements, de son histoire, de ses blessures, de ses souffrances et de cet environnement qui se fait insuffisamment bienveillant.

Les personnels qui travaillent dans les EHPAD et autres services de gériatrie, les personnels du domicile, prouvent chaque jour une extraordinaire capacité à mettre en oeuvre des pratiques pertinentes. Ils  parviendront d’autant mieux à cette bienveillance qu’ils auront pour eux-mêmes l’impression d’être reconnus dans la pertinence de leur intervention".

Publications de Michel Billé :
- La société malade d'Alzheimer de Michel Billé chez Eres
- Manifeste pour l'âge et la vie : réenchanter la vieillesse par Michel Billé, Chrsitian Gallopin et José Polard aux éditions Erès
- La tyrannie du "bien vieillir" de Michel Billé & Didier Martz
- Vivre quand le corps fout le camp sous la direction de Christian Gallopin aux Editions Erès


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -