Agevillage

Médicaments et personnes âgées

Un rapport de la Cour des comptes fait état de la consommation excessive de médicaments par les personnes âgées


Partager :

La Cour des comptes dénonce dans un projet de rapport sur la Sécurité Sociale les dépenses pharmaceutiques engendrées par les personnes âgées.Un rapport explosif dont le journal Le Parisien s'est procuré des extraits et nous livre les points les plus sensibles.

La Cour des comptes dénonce ...

« En 2001, les plus de 65 ans, soit 16 % de la population française, consommaient 39 % des médicaments en ville. Avec une dépense annuelle en moyenne en pharmacie de 850 €, les personnes âgées consomment de trois à quatre fois plus que les autres catégories (250 €) », précise le rapport.
Avec des traitements qui coûtent de plus en plus cher, les dépenses pharmaceutiques des personnes âgées ne ferra que s'amplifier. Par exemple, les traitements comme celui de la maladie d'Alzheimer : «la dépense de médicaments (contre cette maladie) pourrait passer progressivement de 110 millions d'euros en 2002 à 1 milliard. »En moyenne, les personnes âgées prennent 3,6 médicaments par jour. Mais de nombreuses ordonnances contiennent encore jusqu'à dix médicaments prescrits. Ce qui est abérrant quand on connait l' incidence de la polymédication et ses conséquences chez les personnes âgées : 128 000 hospitalisations par an (dans les hôpitaux publics) suite à des effets indésirables engendrés par la prise de plusieurs médicaments qui ne sont pas toujours compatibles.Autre sujet à polémique : « Diverses enquêtes ont montré que près d'un sujet âgé sur deux ne suit pas le traitement préconisé. »
Un gaspillage qui pourrait atteindre jusqu'à 40 à 50 % des médicaments prescrits.

... et propose

La Cour des comptes ne se contente pas de faire un état des lieux, elle propose un certain nombre d'actions comme mieux informer les malades, réduire les prescriptions, améliorer le rôle de conseil des médecins, s'appuyer davantage sur les pharmaciens. La Cour part en guerre contre les abus de psychotropes, l'utilité douteuse des remèdes contre le cholestérol « au-delà de 70 ans » et des médicaments dont le service médical rendu serait jugé insuffisant.« Aux Etats-Unis, le patient âgé est parfois incité à faire une fois par an, avec son médecin-référent, la revue de l'ensemble de ses médicaments. » et « Le rôle particulier des pharmaciens vis-à-vis des personnes âgées, qui constituent une clientèle fidèle et bien connue, pourrait être également mis à profit. », des pistes lancées par la Cour qui semblent bien maigres au vu de ce dossier véritablement tabou depuis quelques années.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -