Agevillage

L'effet du vieillissement sur la dépense de médicaments remboursables en France à l'horizon 2029 représente moins de 1,8% de croissance par an, selon une étude menée pour le LEEM

Selon les industriels du médicament, l'allongement de la durée de vie ne pose pas problème en matière de dépenses de médicaments


Partager :

Une étude prospective menée pour les Entreprises du Médicament (LEEM) par le Collège des Economistes de la Santé (CES) avec le concours de l'INSERM, contribue à la réflexion sur le coût collectif du vieillissement de la population.

"Cette étude est une contribution, par une méthode inédite en économie de la santé, à la réflexion sur le coût collectif du vieillissement de la population", selon Christian LAJOUX, Président du Leem.

D’ici 2029, quelles que soient les hypothèses de vieillissement, l’allongement de la durée de vie représentera un coût pour l’assurance maladie similaire à l’évolution de la production des richesses du pays, hors période de crise majeure.
Quel que soit le scénario retenu, le taux de croissance moyen de la dépense de médicaments remboursables vendus en officines en France, entre 2004 et 2029, se situe à moins de 1,8% par an avec de légères variations selon les scénarii : 1,44% si les tendances observées en 2004 se poursuivent sans changement (scénario 1), 1,14 % dans le cas d’un vieillissement en bonne santé (scénario 2), et 1,77 % dans le cas d’un vieillissement en bonne santé avec progrès médical permettant le recul de l’âge du décès (scénario 3).

Dans les 3 cas, l’allongement de la durée de la vie représenterait, en matière de médicaments, un coût pour l’assurance maladie proche de la croissance économique du pays. 

"Si l'allongement de la durée de vie pose un problème pour le financement des retraites, l'étude montre clairement qu'elle n'en pose pas en matière de dépenses de médicaments",  concluent les industriels du médicament ainsi rassurés.

En savoir plus sur le site du LEEM


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

deneza

03/06/2010 11:06

présidente AFMLDA


Alors quand notre société va arrêter de dire que les ''vieux coutent cher'' !




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -