Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : une circulaire en c...

Edito : une circulaire en contradiction avec l'esprit des débats actuels


Partager :

Débats ouverts et positifs d'un côté, restrictions budgétaires sans précédent de l'autre. Que comprendre ?

D'un côté, le gouvernement ouvre des débats sur l'enjeu de société qu'est le vieillissement en offrant des espaces de parole aux citoyens.
Même s'il centre la question sur les personnes âgées en situation de handicap ("dépendantes"), il mobilise des experts dans quatre groupes de travail et propose aux citoyens de venir débattre lors de débats ouverts partout sur le territoire.
La parole est sollicitée. Les témoignages affluent sur le site internet dédié.
Les réalités s'expriment : difficultés des soignants, des aidants, limites des établissements et services.

De l'autre, les professionnels de la gériatrie profitent de ces débats pour alerter collégialement sur leurs difficultés de terrain (professionnels du domicile, des établissements, privés, associatifs, publics...).
Ils parlent d'injonctions contradictoires, d'exigences normatives, de qualité, sans moyens notamment humains, en contrepartie.
Beaucoup rappellent qu'aucun rapport n'a jamais pointé que le secteur serait trop doté. Bien au contraire, comme le souligne notamment le rapport de 2005 de la Cour des Comptes "Les besoins des personnes âgées sont couverts à moitié".
La canicule de 2003 a révélé à la société le besoin de professionnalisation, de structurations, le manque de moyens des services auprès des personnes âgées.
Les gouvernements successifs ont avancé des moyens (ONDAM), des plans ont égrainé des ambitions comme le plan "Vieillesse et solidarité", puis le "Plan solidarité grand âge (PSGA)", qui affichait la volonté d'atteindre des taux d'encadrement opposables au regard des besoins en soin des personnes âgées aidées, enfin le Plan Alzheimer 2008-2012.

Les professionnels ont régulièrement dénoncé les difficultés constatées, les annonces non financées (détournements des crédits CNSA...), l'urgence financière des services à domicile qui annoncent des licenciement en 2011...

Pour autant, la circulaire budgétaire est tombée. C'est la plus dure depuis les années 90. Ces professionnels sont très majoritairement atterrés, révoltés, furieux, et aussi épuisés de toutes ces années de lutte pour faire entendre leur voix.
Pour éviter les reproches faits aux professionnels qui seraient toujours dans la plainte, de nombreuses voix s'élèvent pour accélérer la validation d'outils d'objectivation des besoins (indicateurs qualité, indicateurs de performance). Les professionnels les attendent, car ils savent que les besoins sont rééls et sous-dotés.

La campagne pour les présidentielles démarre. Les débats ne sont pas terminés en région. Le salon Géront'Expo ouvre ses portes la semaine prochaine.
Gageons que ces lieux de communication permettront de faire comprendre les enjeux et les besoins, et permettront aux pouvoirs publics, aux élus et aux médias, d'écouter et de comprendre.
En tout état de cause, il est scandaleux que les problèmes financiers, les arbitrages face aux déficits de notre pays pèsent tout particulièrement sur les acteurs du médico-social et sur les frêles épaules des personnes âgées fragilisées et de leurs proches !


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -