Agevillage

Habeo propose des court-métrages pour échanger en équipe autour de situations à risque de maltraitance

Constater, décrypter, réfléchir pour agir


Partager :

Courts métrages HABEO sur la maltraitanceL'association Habéo (ex AFBAH) "J'agis contre la maltraitance des personnes âgées" propose une série de court-métrages qui mettent en scène des situations concrètes à risque de maltraitance à partir de  l’expérience des soignants, qui jouent dans les scènes.
Ces situations sont décryptées par une représentante de l’association de familles France Alzheimer Essonne; le Dr.Duportet  président d’Habeo, , Geneviève Laroque, présidente de la FNG; Me Hartmann formatrice;  Jérôme Pellissier, chercheur en psycho-gérontologie; Sandra Sapio psychologue (Habeo),
Les situations sont rejouées en fonction des recommandations « réalisables dans les mêmes conditions de soin, favorisant la communication interpersonnelle et la transmission de l’intentionnalité soignante ».
Ces courts-métrages de cinq minutes environ, de proposent pas des solutions, ni des règles absolues mais invitent au débat en équipe.

Extraits de décryptage
Le réveil
Le film montre le sentiment d’agression d’un résident (draps retirés, paroles non comprises, manipulations brusques du corps). Le cercle vicieux s’installe : le sentiment d’agression provoque la réaction du patient, qui provoque en retour une brutalité accrue des gestes du soignant.
Regarder le patient, lui parler, être vigilant à sa réaction va lui permettre de comprendre la situation, de l’apaiser.
Conseils : « Ne réagissez pas vous-même de manière incontrôlée, agressive, impatiente ». « Un temps minimum doit s’écouler entre les différentes phase du soin ».

Le tabou de la sexualité : quelle réaction face à un geste déplacé ?
Conseils : repositionner la relation entre adultes, connaître le dossier des patients (histoire de vie, maladies, projets…) pour détourner l'attention du patient aux gestes déplacés afin de focaliser son esprit sur "ce qui lui fait plaisir".

Prévenir les pauses du personnel et leurs conséquences pour les malades : une question à oser traiter en équipe

Tensions avec les familles
Apprendre à décrypter les exigences des familles (que le résident soit propre, bien habillé, « on paye pour un service à réaliser »…) qui traduisent souvent des peurs, des angoisses (« honte du malade").
Ne pas se justifier dans un premier temps, aider à verbaliser «ça vous fait de la peine de le/la voir comme ça »
« Il est souvent plus facile d’entrer en relation avec un malade désorienté qu’avec une famille angoissée », estime Geneviève Laroque.
Répéter, réitérer, ré-expliquer le projet de la structure de maintenir l’autonomie des personnes accueillies.
Montrer que l’institution est fière des actions, des progrès, des initiatives de la personne accueillie.
Valoriser ses efforts  : sourires, s'habiller seul (même un peu bizarrement)…
Geneviève Laroque milite pour une "alliance nécessaire entre les soignants et les familles".
Et toujours s’interroger sur la validité de nos actes vis-à-vis d’un patient ? rappelle B.Duportet

Repas de force
Travailler sur les motivations, les désirs des personnes dont on prend soin.
Etre vigilant au poids l’institution : horaires  stricts, rigidité de l’organisation, exigences des équipes professionnelles les unes envers les autres.
Accepter qu’il y a des temps différents dans l’institution : le temps des patients, des résidents (souvent ralenti, créatif), celui des professionnels (cadrés voire chronométré).

Voir la bande annonce des courts-métrages HABEO  




Pour télécharger ces courts–métrages  : http://www.habeo.org/page.php?niv1=3&niv2=9&niv3=15

lOGO HABEOEn savoir plus sur  www.habeo.org

 

 

 


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

formation kiné

09/02/2012 06:02

maltraitance


Je crois vraiment à l'utilité de la vidéo pour la prise de conscience de certains comportements.Le sujet de la maltraitance me parait totalement justifié pour cette méthode pédagogique.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -