Agevillage

Sarkozy : une réforme de la dépendance pas avant 2013

Les professionnels réclament des précisions


Partager :

Nicolas Sarkozy, qui avait mis entre parenthèses la réforme de la dépendance, a déclaré lundi 12 mars qu'il envisageait désormais d'en "poser les bases" en 2013 en cas de réélection à l'Elysée.

"Je n'ai pas voulu faire la réforme de la dépendance, ça voulait dire des prélèvements en plus et créer une nouvelle allocation", a affirmé le président-candidat sur TF1. "Je ne voulais pas le faire alors que la France n'avait pas résolu son problème de déficit (...) En 2013, quand le déficit sera ramené à 3% du PIB, à ce moment-là, nous pourrons poser les bases d'une réforme de la dépendance", a-t-il dit lors de l'émission "Parole de candidat".

Dans ce contexte de déficit, "je n'ai pas voulu faire la réforme de la dépendance, j'assume mes responsabilités", a-t-il insisté. Après l'annonce à la fin de l'été par le Premier ministre François Fillon du report à "début 2012" de la réforme de la dépendance, qui devrait être le dernier grand chantier du quinquennat, le gouvernement avait indiqué en janvier que la réforme ne serait pas engagée avant la présidentielle.

La réforme, promesse de campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, devait remettre à plat les aides existantes et impulser une vaste politique pour améliorer prévention et prise en charge de la dépendance. "J'ai pensé à un moment qu'on pouvait s'en sortir avec la dépendance en rendant l'assurance obligatoire et puis je me suis rendu compte qu'il n'y a aucun assureur qui était prêt à assumer", a indiqué le chef de l'Etat. "Donc la question de l'assurance privée pour faire face à cela, ce n'est pas possible", a-t-il dit.

"La deuxième question qu'il faudra régler, c'est la question des successions", selon M. Sarkozy. "Si la société prend en charge une personne âgée d'une famille, est-ce que la société ne doit pas se rembourser sur le patrimoine de la personne âgée lorsque celle-ci a disparu ?", a-t-il interrogé, renvoyant le débat à 2013.

Réactions
L'union nationale de l'aide , des soins et des services à domicile, UNA, estime que «
Même si notre secteur a déjà trop attendu cette réforme, et que « le plus tôt sera le mieux », le réseau veut privilégier la qualité plutôt que l’urgence car l’essentiel est d’obtenir, au final, une réforme structurante et globale". L’UNA a d’ailleurs élaboré et présenté ses propositions pour une prise en charge adaptée des personnes fragiles et du secteur de l’aide à domicile dans son programme présidentiel présenté en février dernier. Nous demandons aux candidats de tenir compte de nos propositions », a récemment déclaré Yves Vérollet, directeur général du réseau UNA. Pour l'UNA, une véritable réforme de la dépendance repose sur quatre axes essentiels :
- Une réponse universelle aux besoins d’accompagnement avec des solutions personnalisées
- Une restructuration complète du secteur avec une amélioration des dispositifs et de l’offre de services, et une coordination entre les différents acteurs du secteur
- Des dispositifs concrets sur les questions de prévention d’accompagnement des aidants
- Un mécanisme de financement basé avant tout sur la solidarité collective grâce à un élargissement de la cotisation CSG, le prélèvement le plus juste car il est proportionnel aux revenus de la personne et qu’il concerne la plupart des revenus.

L'association des directeurs au service des personnes âgées, AD-PA
constate que différents candidats (F. BAYROU, F. HOLLANDE, E. JOLY…) et désormais N. SARKOZY ont abordé cette question, mais elle attend que les différents compétiteurs aillent plus loin sur un sujet qui concerne plusieurs millions de français. L’AD-PA rappelle sa volonté qu’une véritable prestation soit créée et rappelle l’injustice qui consisterait à demander aux seuls héritiers de personnes ayant bénéficié de cette prestation un prélèvement sur succession. L’AD-PA préfère un prélèvement sur l’ensemble des successions basé sur le niveau du patrimoine transmis et non les raisons du décès de la personne.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

anne

21/03/2012 20:03

prélévement succession


Sur ce sujet une question écrite par un député publiée au journal officiel du 21 02 2002 page 1498 est en attente de réponse.Elle devra peser de tous son poids lors de la prochaine campagne présidentielle et des législatives. question 128720



eglantine

21/03/2012 14:03

Prélèvement succession


Des années que l'on nous parle du vieillissement de la population...Pendant des années Sarkosy,Bertrand et Bachelot ont promené le pays avec une prétendue réforme dont ils savaient d'avance qu'elle ne verrait jamais le jour.La crise a bon dos...Maintenant ça SUFFIT!!!Les familles sont a bout de souffle tout simplement parce-que "les mois se touchent".Alors le vainqueur de la présidentielle devra s'attaquer à désamorcer cette bombe le lendemain de la victoire.POINT



pierre

21/03/2012 11:03

succession et donation


Le sujet de la prise en charge de la dépendance embarrasse TOUS nos candidats.Il suffit de voir comment est traité le sujet à la télévision.En cinq minutes et en fin d'émission.Face à des journalistes complaisants,pimpants et riches Et dont le mot vieillesse est banni depuis longtemps de leur vocabulaire et hélas de leur réflexion. Que les candidats SARKOZY,HOLLANDE et BAYROU cessent leurs tremolos dans la voix.Le système actuel de récuperation leur convient parfaitement.Vu leurs gestions ULTRA CALAMITEUSE des deniers publics et n'ayant plus de SOUS dans les caisses ils laisseront au notaire familial le role de vautour qui s'abattra sur le cadavre de la paysanne comingeoise qui n'a pas choisi d'avoir un A.V.C. à 65 ans et qui termine sa vie avec pour compagnon ALZEIMER.A tous ces candidats qui parlent pour NE RIEN DIRE et qui tout a coup redécouvre le peuple je leur rappelle QU'A PETITS revenus PETITS patrimoines. Savent-ils ces donneurs de leçon ce que sera leur santé dans 10 ans? Ce qui est sur c'est que leurs confortables retraites largement gagnée par notre travail leur permettra de ne pas SPOLIER leur descendance.



josette

20/03/2012 22:03

successions ou donations


En ce qui concerne les successions ou donations Il est inadmissible que les familles se substituent aux difficultés de l'état ou des conseils généraux.Faire rembourser aux petits enfants les prestations d'une aide ménagère dans les années 1997 sous pretexte que la dette cours 30 années...Faut-il en rire ou en pleurer? l'ENFUMAGE ça SUFFIT!!!ou ALORS on fait payer aux parents le cout REEL de l'éducation de leurs enfants.Dormons apaises nous ne verrons jamais un fauteuil roulant bloquer un périphérique.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -