Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réseaux & territoires

Des maisons de retraite militantes

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 26/07/2013

0 commentaires
Annie de VivieUne majorité de français continue d’avoir une mauvaise image des maisons de retraite. Que dirait-on si une majorité jugeait les écoles maltraitantes” ? Je suis sûre qu’aucun gouvernement n’y survivrait. A juste titre.

Alors pourquoi garde-t-on une telle image de ces établissements ?

Comme la vieillesse, la dépendance, elles font peur.
Lors de la canicule de 2003, les maisons de retraite ont été particulièrement pointées du doigt. Au point qu’un directeur a été mis en examen à Reims avant que le tribunal ne prononce un non-lieu.

Il faut dénoncer les dysfonctionnements, renforcer les équipes car les quotas pourtant inscrits dans le plan Solidarité Grand âge ne sont pas atteints (rappelle Pascal Champvert), les formations, le management, les démarches qualité (jusqu’à la labellisation).

Il faut aussi que l’extérieur entre, vienne y partager des envies, des projets.
C’est le pari, tenu, du directeur de la résidence de l’Abbaye.

Il n’est pas le seul. Il le dit simplement. Beaucoup d’équipes innovent, proposent, testent. C’est au management de chaque structure de donner la vision, de porter le projet de l’établissement. S’il est stable, formé, entouré, le prendre soin évoluera favorablement, dans la durée (comme le fait de tomber les tenues professionnelles).

Il en faut de l’énergie militante pour affirmer la volonté de bien accompagner, de bien prendre soin de ces personnes fragilisées, inaudibles, de ces aidants eux-aussi fragilisés.
Regroupées en associations, des familles s’organisent.
Formés, informés, soutenus, les conseils de la vie sociale avancent (voir notre boite à outils des CVS).

Bravo à ces pionniers militants. Qu’ils montrent la voie pour renforcer l’aide aux personnes âgées.
Ils ouvriront leurs jardins aux visiteurs les 22 et 23 septembre prochains pour l’evenement un jardin pour ma mémoire” que nous soutenons chez agevillage.
Mais attention à l’épuisement, il peut amener à la révolte.

Après un été caniculaire, on pourrait avoir un automne très chaud si des détournements de crédits destinés aux personnes âgées fragilisées sont avérés.

Bel été à tous. Je vous retrouve le 19 août. 

Partager cet article