Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Vie sociale & projet de vie

Garder la mémoire de la gérontologie

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 23/12/2013

0 commentaires

Les fêtes de fin d’année seront bien tristes pour les salariés de la Fondation Nationale de Gérontologie (FNG), de son centre de documentation, le Cleirppa (mais aussi du service du service à domicile M.A.P dans le Nord de la France).

Même si des pistes de reclassement se précisent, la cessation de ces activités vient percuter l’augmentation des besoins de la population âgée, la nécessité d’informer, de former des professionnels de terrain, mais aussi des formateurs, enseignants, chercheurs.

Comment travailler en gérontologie sans mémoire ? Sans un centre national de documentation qui rassemble près de 50 années de ressources ?
Comment préparer de nouveaux textes de loi sans prendre en compte toutes ces études, rapports édités ?

Ce qui frappe d’ailleurs quand on explore le centre de documentation FNG/​Cleirppa, c’est l’actualité des thèmes abordés il y a… 30 ou 40 ans !
On y parlait déjà : parcours de santé, décloisement, coordination des acteurs autour de la personne, approches psychosociales.

On sait que les paroles s’envolent… Il serait dommageable que les écrits disparaissent aussi sans laisser de traces !

Ce patrimoine écrit est le socle qui fonde le travail de tous les professionnels de la gérontologie, le point d’origine de tous les projets, de vie, de soin, de service, d’établissement.

Alors battons-nous pour que cette mémoire collective ne disparaisse pas (de son côté Agevillage se mobilise avec le Collectif Une société pour tous les âges”).

Je vous souhaite, je nous souhaite, de reprendre des forces pendant la trêve des confiseurs.
Nous nous retrouverons pour les newsletters du 6 janvier prochain !

Partager cet article