Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réseaux & territoires

Silver économie : sans modèle économique, pas de sous

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 03/03/2014

0 commentaires

Annie de VivieLe Baromètre Ocirp-France info-Le Monde montre qu’un français sur 3 connaît le terme Silver Economie” (l’économie au service de l’âge) et que 8 sur 10 tablent sur un fort développement économique sur ce sujet.

Résolument tournée vers les notions positives d’autonomie, de maintien à domicile (téléassistance, robotique), d’adaptation des logements (domotique), de prévention santé (télé-médecine), la Silver Economie est portée par deux ministres : Arnaud Montebourg (Redressement productif) et Michèle Delaunay (Personnes âgées).

A ce jour les acteurs de cette économie au service de l’avancée en âge se heurtent à de nombreux freins :
- Une image encore négative du vieillissement, perçu comme anxiogène et peu glamour (pas facile de communiquer et lever des fonds).
- Des modèles économiques difficiles à trouver. Qui paye ces produits et services bourrés de technologies ? Le particulier lui-même ? Ses proches ? L’état et les collectivités locales (via les aides financières publiques comme l’APA) ? Les organismes de protection sociale ?
- Des réseaux de distribution et de communication à densifier.
- Un émiettement des initiatives, des entreprises et des expérimentations.
- Il manque une labellisation des produits et services pour sécuriser les consommateurs et donner une plus grande visibilité aux acteurs et prescripteurs.

La future loi d’adaptation de la société au vieillissement ne disposant dans son premier volet dédié au domicile que de l’enveloppe de la CASA (contribution additionnelle d’aide à l’autonomie) soit 650 millions d’euros, le gouvernement a mobilisé les acteurs territoriaux, les entreprises, dans un contrat de filière de la Silver Economie, en décembre 2013.

Deux mois plus tard, un fonds de capital investissement de plus de 40 millions d’euros a été mis en place par la Caisse des dépôts et consignations et l’Etat. Une gageure.

La future loi mise sur cette Silver Economie, sur l’énergie des acteurs économiques, la volonté de faire évoluer le secteur, de développer l’aide à l’autonomie, les actions de prévention, de coordination via les outils technologiques… mais en s’appuyant essentiellement sur les entreprises.
Et sur leurs seuls clients solvables à court terme : les retraités les plus aisés. Mais les autres ?

Les professionnels de la gérontologie attendaient une réforme de la gouvernance de l’aide à l’autonomie.
Chacun sait que les modèles économiques” de la silver économie ne feront pas une authentique politique d’accompagnement de la société au vieillissement.
Ces modèles participent au changement de regard sur le vieillissement, mais ils ne suffiront pas.

Partager cet article