Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réseaux & territoires

Patrick Kanner, ministre des « villes amies des aînés » ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 01/09/2014

0 commentaires
Annie de VivieLa surprise du gouvernement Valls II est la nomination de Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

Président du conseil général du Nord, Président de l’Union nationale des CCAS (centres communaux d’action sociale),

Agevillage a régulièrement interviewé M. Kanner pour ses prises de positions concernant la défense des plus âgés fragilisés.

Récemment il avait souhaité que l’UNCCAS concoure à la grande cause nationale 2014 sur le thème de l’aide à l’autonomie. Sans succès.

Aux côtés de Laurence Rossignol, toujours secrétaire d’Etat chargée de la famille, des personnes âgées et de l’autonomie, gageons que Patrick Kanner fera avancer le programme de l’OMS : Villes amies des ainés (VADA). Porté en France par Pierre-Olivier Lefebvre, Délégué général du Réseau Francophone des Villes Amies des Aînés et Pierre-Marie Chapon, référent pour la France auprès de l’OMS sur le programme Villes et communautés amies des aînés”, le réseau VADAorganisé un colloque juste avant l’été.

Des villes accessibles, qui intègrent tous les citoyens quels que soient leur âge, leur handicap, des villes moteurs et innovantes (transports, accessibilité, intergénération, habitats, culture), des villes où l’on réflechit sans cesse au vivre ensemble” (voir les lauréats du prix du même nom porté par Agevillage, Icade, la CDC).

Une vingtaine de villes en France sont engagées dans la démarche VADA.
A côté du guide mondial de l’OMS des villes-amies des aînés, une déclinaison française vient d’être publiée à la Documentation Française. Elle préconise notamment la mise en place d’un groupe-projet porté par le maire mais transversal pour établir un diagnostic et décliner des actions sur les différents aspects du bien vivre et vieillir ensemble.

Le vieillissement n’est pas et ne doit pas demeurer l’apanage du médico-social, de l’élu aux affaires sociales.

Un beau sujet inter-gouvernemental pour ce gouvernement Valls II.

Partager cet article