Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Edito : évaluation multidimensionnelle toujours confidentielle

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 29/03/2016

0 commentaires

Face aux limites d’Aggir

Face aux limites de grilles d’évaluation des situations de fragilité comme Aggir, la loi de 2002 avait déjà demandé la création d’un outil d’évaluation multidimensionnel.Depuis, les rapports se succèdent, tout comme les évaluations aux domiciles des personnes fragilisées pour tenter d’objectiver le besoin d’aides et de soins. La CNSA a travaillé sur une déclinaison de GEVA issue du secteur handicap. En 2011, les personnes âgées en Gir 2 de Dordogne avaient été évaluées avec l’outil multidimensionnel québécois le SMAF : l’étude avait montré des écarts de besoins de 1 à 7 pour cet échantillon. On peut avoir des sueurs froides sur les écarts d’objectivation des besoins

Cet article est réservé à nos abonnés agevillapro

Pourquoi cette information est-elle payante ?

Notre rédaction se mobilise quotidiennement pour réaliser deux newsletters hebdomadaires et alimenter le site internet d'agevillagepro, dédié aux professionnels du secteur, en informations techniques, dossiers d'actualité ou de fond.

J’ai déjà un compte

mot de passe oublié

Abonnez-vous pour accèder à notre contenu exclusif

Actualités, outils pratiques, textes officiels, appels à projets : retrouverez chaque semaine toute l’information utile aux professionnels du secteur

Découvrir les abonnements
Partager cet article

Sur le même sujet