Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

l'ouverture indispensable à la bientraitance

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 19/09/2016

0 commentaires

Enquête 2015 de l’Anesm

Annie de VivieSaluons le rapport d’enquête 2015 Bientraitance des personnes âgées en Ehpad” de l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et medico-sociaux (Anesm). Les directeurs des établissements mais aussi les présidents des conseils de la vie sociale (CVS) ont été invités à renseigner des questionnaires différents. Les trois quart des Ehpad de l’enquête ont un CVS qui se réunit 3 fois par an. La quasi totalité a mis en place des formes de participation alternatives.

Entre la première enquête en 2010 et 2015, on lit une nette amélioration des pratiques qui concourent à la bientraitance et plus particulièrement :
- une amélioration de la qualité de l’accueil des nouveaux résidents,
- la mise en oeuvre des projets personnalisés (qui mériteraient d’être plus suivis et réévalués),
- des accompagnements de fin de vie plus professionnalisés (formations des personnels, identification de la personne de confiance), avec recours aux compétences externes (HAD, équipes mobiles de soins palliatifs),
- une implication des proches et liens sociaux favorisés même s’ils restent limités,
- un repérage des risques et bénéfices de la liberté d’aller et venir,
- les actions en faveur du maintien de l’autonomie de personnes,
- l’accompagnement des professionnels à leur entrée dans leur poste (mais moins en continu avec à peine un Ehpad sur deux qui réunit ses équipes une fois par semestre pour travailler les retours d’expérience et développer une réflexion éthique).

Comme toute démarche d’amélioration continue, la politique qualité, de bientraitance, mérite de nouvelles actions. L’Anesm a repéré un besoin sur le risque dhospitalisation en urgence et a publié une fiche-repères” dans la foulée.
L’ouverture sur le territoire est l’enjeu de demain, selon les présidents de Conseils de la vie sociale ayant répondu. Il s’agit de mieux faire connaître la vie dans les Ehpad mais aussi intégrer les réseaux professionnels, les filières gériatriques. Vers l’Ehpad ressources, l’Ehpad hors les murs ?

On le sait, la question de la mutualisation s’accélère. 10 fois moins de structures médico-sociales à moyen terme” estime Michel Chatot, le président entrepreneur du premier groupe associatif privé Arpavie. La FHF envisage l’acte 2 des groupements hospitaliers de territoires (GHT). Le Synerpa quant à lui veut que les groupes privés ne signent qu’un CPOM par département et non un CPOM par Ehpad ! Il se positionne clairement dans le dialogue social des services à la personne.

Mais tout n’est pas rose.
Après cette fin d’été caniculaire, épuisant, après les suicides d’infirmières, sur la toile, les pétitions se suivent pour dénoncer les conditions de travail des salariés et les rémunérations.

A la veille de la journée mondiale Alzheimer, le Pr Joël Ankri fait le point sur le PMND qu’il s’agirait d’accélérer.
Quant à la sous-consommarion des crédits CNSA au regard des tensions sur les services à domicile et les établissements, les fédérations de retraités et les fédérations professionnelles associatives sont à bout de patience.

Individuellement, collectivement, la question du vieillissement dérange toujours, estime Serge Guérin.

Une ouverture des esprits à poursuivre pour la qualité de vie des uns et des autres.

Partager cet article