Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réseaux & territoires

Domicile/Ehpad et « cas complexes »

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 21/11/2016

0 commentaires

Oppositions ? Complémentarités ?

Plusieurs territoires voient les Ehpad forcés de se regrouper ou disparaître comme pour l’Ehpad de Champtoceaux dans le Maine-et-Loire pour lequel une pétition circule.

Pour les autorités de tutelle : il y a trop de places d’Ehpad sur cette partie du territoire. Elles doivent déménager vers des lieux moins couverts et atteindre un nombre de lits” suffisants pour être équilibrées budgétairement.

Par ailleurs, les acteurs doivent se transformer pour s’insérer dans le parcours résidentiel (création de résidences services seniors en lien avec des places d’Ehpad) et des services à domicile optimisés.

Cette volonté rencontre la dynamique des acteurs du marché comme le Synerpa domicile qui se muscle pour faire face aux enjeux. Pascale Boistard vient aussi de lancer deux missions parlementaire sur les enjeux des services à domicile, autour de situations compliquées comme l’aide quotidienne, 24h sur 24, de personnes malades Alzheimer.

Ces situations complexes d’accompagnement de personnes lourdement handicapées, celles qui font peur” comme le souligne Pascal Champvert, président de l’AD-PA, interpelleny l’âgisme sociétal sous-jacent. Ce racisme anti-vieux-malades-“dépendants”, est tel qu’il rejaillit sur le sens au travail des professionnels.

Ces vieux ne sont plus des personnes mais des lits”, des charges”. Ils sont pris en charge” justement par les professionnels qui ne voient plus de valeur à leur prendre-soin. Ils finissent par se casser le dos”, explosant tant dans les services à domicile qu’en établissements les chiffres des lombalgies et des TMS.

Il faut urgemment interroger ces valeurs, cet accompagnement et redonner leur place de sujet à ces citoyens très âgés. C’est le sens de l’initiative Citoyen’âge porté par l’AD-Pa, des artistes en résidence avec Culture & Hôpital. C’est le sens du Label Humanitude, 1er label de bientraitance, porté fièrement par les résidents, les familles et les professionnels de l’Ehpad de la Croix rouge russe à Nice la semaine dernière. Un grand coup de chapeau aussi aux Anim’Awards 2016 !

Bien vieillir, vieillir debout avec (ou sans) des technologies de la Silver Economie s’interroge Albert Lautman, directeur général de la Mutualité Française.

Ceux sont des questions individuelles et collectives qui vont s’inviter dans la prochaine campagne présidentielle.

Partager cet article