Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

Appel à la grève le 7 mars

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 06/03/2017

0 commentaires

Besoin de reconnaissance

Annie de Vivie

Le manque de reconnaissance des réalités du travail du prendre soin (de la part des clients et des pouvoirs publics), les injonctions contradictoires (plus de normes, de sécurité et de qualité de travail mais moins de financements, de professionnels, formés), des salaires qui restent collés aux minimum légaux, notamment dans l’aide à domicile avec des conventions collectives différentes autour d’une même personne âgée (selon le service qui intervient), des temps de transports entre deux accompagnements à domicile mal pris en compte, des perspectives bloquées par des politiques publiques sans moyens arbitrés (loi ASV bien peu dotée et par les seuls retraités, départements exsangues), des demandes de plus en plus prégnantes de personnes fragilisées, polypathologiques (dont les plaintes épuisent explique ALMA), des proches aidants épuisés, une perte de repères, de sens, sans oublier des réorganisations à marche forcée : CPOM, EPRD, coupe Pathos 2017 et GHT (groupements hospitaliers de territoire)… qui font croître l’inquiétude en l’avenir

La dégradation des conditions de travail (liées aussi au manque de volontaires remplaçants) est corrélée à une une explosion des risques psychosociaux et autres TMS (troubles musculo-squeletiques) au point que le secteur médico-social a un taux d’accidents du travail supérieur au BTP : bâtiment et travaux publics.

Tout le monde souffre : les personnes fragilisées (par manque d’aide, de relations) comme celles qui prennent soin d’elles, en témoigne cette semaine le rapport 2016 du Défenseur des droits.

Le constat serait tragique si l’on ne pouvait aussi pointer chez les professionnels l’amour de leur travail, du prendre soin, l’engagement dans des valeurs humanistes, des établissements et services exemplaires, labélisés, des recommandations de bonnes pratiques qui tentent de coller aux réalités de terrain, des démarches de repérage et d’accompagnement des risques professionnels (Clact-Fact-Anact-INRS).

Mais la coupe est pleine.

L’intersyndicale CGT/FO/SUD de la santé et du social appelle toutes et tous les professionnel-le‑s à se mettre en grève et manifester le 7 mars à Paris. La grève est soutenue par le collectif Notre santé en danger, le Comité de défense des hôpitaux, lUnion syndicale de la psychiatrie et l’union syndicale Solidaires.

L’occasion d’interpeler les candidats à l’élection présidentielle (qui étaient face à l’Uniopss la semaine dernière).

En écho avec le manifeste de lOdas pour une nouvelle citoyenneté.

Partager cet article