Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réseaux & territoires

Rodin à l'hôpital

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 30/10/2017

0 commentaires

Créer avec, créer malgré la maladie

Ils sont très jeunes, très malades, hospitalisés dans les services d’oncohématologie… et depuis ce mois d’avril : ils créent.

Pour les aider, les guider, l’artiste plasticienne Caroline Desnoëttes leur a tout d’abord présenté des copies d’oeuvres de Rodin, recouvertes d’un drap, pour ne pas les effrayer et les aider à explorer ces sculptures, ces corps soit en mouvement, soit brisés, fragmentés.

Ces corps malmenés ont trouvé un écho auprès de ces patients.

Une visite du musée les a aidés à comprendre le processus créatif de Rodin, les étapes d’une oeuvre.

Soutenus, boostés par Caroline Desnoëtte, ces malades se sont lancés dans un processus créatif lors d’ateliers Rodin et moi”. Dessins, photos, modelages, assemblages… les seringues, sparadraps, embouts, poches, canules, sondes nasogastriques, tubes à prélèvements… ont servi à créer des oeuvres qui s’inspirent des réalisations du maître. Mes préférées : la danseuse, la femme pressée, l’homme debout (pour ces patients souvent en fauteuil).

La manipulation de ces objets de leur quotidien entre dans le processus de création et offre aux enfants un nouveau regard sur leur expérience corporelle, sur la souffrance qu’ils endurent, sur l’espoir… L’art participe de la qualité de l’accueil et de la prise en charge” témoignent les professionnels de l’hôpital de Margency (Croix-Rouge).

Ce 30 octobre une exposition éphémère au musée Rodin a accueilli les Ministres de la Culture Françoise Nyssen et Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé. L’occasion pour ces oeuvres de jeunes patients de côtoyer celles de Rodin. L’occasion aussi pour les deux ministres d’écouter les bienfaits de la démarche de la bouche de ces malades. Oser créer ca peut faire peur, mais ça fait du bien, même quand on a mal, qu’on sort de dialyse... C’était marrant d’utiliser ces instruments des soins… Je suis fière de ma danseuse… “

A l’hôpital, on a tendance à perdre ses repères”, souligne Agnès Buzyn. L’art ramène de la vie à l’hôpital et l’hôpital nourrit aussi la culture. Cette initiative Rodin à l’hôpital” est une belle rencontre de ces deux mondes”.

Rodin à l’hôpital” a bénéficié du soutien financier de la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) et de l’ARS Ile-de-France dans le cadre du programme Culture et santé, Culture à l’hôpital 2017.

Gageons qu’elle trouvera écho auprès de la nouvelle présidente de la CNSA Marie-Anne Montchamp très impliquée sur les enjeux d’accessibilité.

Gageons que l’art va trouver une place dans les services d’aide et de soins à domicile toujours dans la tourmente, les différents établissements d’accueil (zoom sur les résidences seniors cette semaine), en écho à la nécessaire amélioration de la qualité de vie au travail, à la lutte contre la douleur, avec la médiation robotique ?

Venez découvrir comment l’art peut aider, soutenir les pratiques quotidiennes, éclairer le sens du prendre-soin, lors de notre 10e colloque sur les approches non-médicamenteuses ces 9 et 10 novembre à Paris. Dernières places disponibles.

Vive Rodin à l’hôpital !

Partager cet article