Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Savoir-faire et faire savoir

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 11/12/2017

0 commentaires

Professionnels communicants

Si le vieillissement n’est apparemment pas dans les priorités gouvernementales, les grèves (passées et futures), les reportages souvent à charge (France Inter et Le monde la semaine dernière sur le désarroi des familles et une des pistes professionelles), comme l’épuisement des professionnels, des familles et des personnes fragilisées pourraient rebattre les cartes dès le début 2018.

La commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale a rendu un premier rapport sur la loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV).

Les députées rapporteures de la mission flash sur les EHPAD, mesdames Iborra et Fiat, vont enchaîner 16 visites sur le terrain.

Le Haut conseil de la famille, l’enfance et l’âge publie un premier rapport avec ses priorités de travail sur l’offre de services. Concernant les résidents en établissements, le Conseil considère que la situation actuelle n’est pas digne d’un pays aussi riche que le nôtre” (restes à charge).

La question du financement des plans d’aide, des taux d’encadrement revient sur le devant de la scène (la HCFEA avance un scénario progressif), associée aux démarches qualité, managées, aux indicateurs suivis.

La piste d’un référentiel opposable porté par l’HAS avance pour les Ehpad.

Les éternels dilemmes éthiques entre liberté et sécurité, par exemple, vont peut-être enfin sortir du cercle fermé des experts, vers des débats plus participatifs avec les premiers concernés, leurs proches aidants, les élus, la société civile, les médias…

Les professionnels vont être invités à faire savoir leurs savoir-faire, leurs prendre-soin, leurs quotidiens, leurs réalités, difficiles (qualité de vie au travail, situations à risque de maltraitance) ou positives (habitats inclusifs, coopération SSIAD et HAD cette semaine, démarches de certification, de labellisation…).

Les professionnels vont être amenés à formuler des propositions face au sentiment d’impuissance collectif.

Ils n’en ont pas l’habitude. Communiquer en interne, en externe fait rarement partie des projets de service, d’établissement.

C’est un exercice différent selon les cibles : les élus (locaux, nationaux, missions parlementaires), les fédérations (le grand zapping du Synerpa, les congrès de la Fehap, de l’Uniopss, de la FHF), les autorités de tarification, mais aussi les personnes concernées, âgées, leurs proches, les familles, des médias grands publics ou professionnels (le Mensuel des maisons de retraite fêtait ses 20 ans le 5 décembre dernier en présence d’Agnès Buzyn et Marie-Anne Montchamp).

Communiquer s’apprend, se programme, se professionnalise, notamment avec l’arrivée des réseaux sociaux.

Communiquer pour communiquer ?

Communiquer pour expliquer, partager, échanger, avancer, réenchanter l’avancée en âge, les derniers temps de la vie, ouvrir aux enjeux de société, responsables, durables, créatifs, à la veille du sommet sur le climat.

Communiquer, informer chaque semaine : c’est le travail d’Agevillage vers les seniors, les aidants et d’Agevillagepro pour les professionnels de la gérontologie, depuis 17 ans maintenant.

Nous serons ravis de collaborer avec vous pour mieux faire savoir vos savoir-faire.

A vos côtés.

Partager cet article