Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Trop seuls

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 29/01/2018

0 commentaires

Sans boussole

Seul(e)s pour prendre soin de dizaines de résidents de plus en plus fragilisés.

Seul(e)s pour accompagner les familles, les proches.

Seul(e)s face aux troubles du comportement.

Seul(e)s à décider quand l’avis pluridisciplinaire et la traçabilité des décisions sont cruciales.

Seul(e)s face à des fins de vie parfois difficiles.

Seul(e)s face à la mort.

Seul(e)s face à la solitude de ceux qui sont seuls.

Seul(e)s face aux autorités, aux tutelles elles-mêmes bien seules dans leurs arbitrages, avec les injonctions contradictoires d’une société qui a du mal avec son vieillissement et ses contraintes économiques, budgétaires.

Les professionnels du prendre soin, de la vie sociale des plus âgés fragilisés n’en peuvent plus d’être trop seuls.

Seuls mais volontaires pour apprendre, découvrir, innover, être fiers de leur métier.

Ils réclament de l’aide, du soutien.

Ils veulent clarifier une vision partagée du grand âge fragilisé, malade, désorienté, une vision de la toute fin de vie, digne, citoyenne, debout jusqu’au bout.

Il attendent des moyens humains, formés, compétents, en nombre suffisant. Ceux qui parviennent à obtenir une qualité de prendre soin reconnue (comme ce 1er label Humanitude en Normandie) savent que seuls ils ne pourront la pérenniser.

Ils ont besoin d’un projet de société porteur, d’un système de santé rénové, innovant (comme le souligne la FHF dans ses voeux). Du domicile (soutenu pas les conférences des financeurs ?) aux établissements qui vont plancher sur leur EERD (état réel de recettes et de dépenses).

Les professionnels (surtout au féminin) gardent souvent pour eux leurs difficultés, leurs souffrances. Ils s’arrêtent ce 30 janvier. Ils descendent dans la rue et vont faire entendre leur voix. Soutenus le plus souvent par leurs directions.

Ils sont rejoints par des associations, des collectifs, de familles, de proches aidants, de résidents. Les médias se mobilisent.

Peut-être ne sont-ils plus si seuls.

Partager cet article