Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Wonderwomen à domicile, sans super pouvoirs

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 25/02/2018

0 commentaires

Elles ne se taisent plus

Annie de VivieElles gagnent moins de 1000 euros bruts par mois après 15 ans d’ancienneté.

Elles vivent des journées de 10 heures, de 8 heures à 18 heures avec une coupure entre 12h30 et 16h30. Elles doivent donc mettre leurs enfants à la cantine et prendre une nounou pour récupérer leurs enfants à l’école.

Elles doivent courir d’une intervention de 30 minutes à l’autre auprès de personnes de plus en plus fragilisées.

Comme l’expliquent ces aides à domicile de l’intersyndicale : nous ne sommes ni des wonderwoman, ni sorcière bien-aimée, sans Batmobile (la voiture de Batman), sans tapis volant, nous n’en pouvons plus”.

Elles appellent à la grève ces 15 mars (Ehpad, SAAD) et le 22 mars pour la fonction publique.

« Nous vous tendons la main, Madame Buzyn. Prenez-la » exhortent ces professionnels de l’aide et du soin, ralliés par des syndicats de médecins mais aussi des syndicats de retraités, des associations de familles, d’aidants.

Ils se désolent de l’attitude de leurs interlocuteurs politiques. Ils attendent toujours des excuses au regard des propos sur les compétences managériales des directeurs. Ils nomment un médiateur (issus de l’Igas, donc de l’Etat souligne l’Ad-PA) sans ouvrir le dialogue. Ils informent par voix de presse du lancement d’enquêtes de satisfaction, d’une commission bientraitance.

Provocation

Les salariés de l’intersyndicale jugent comme une provocation ces décisions et cette absence de dialogue. Ils demandent que cette commission emmenée par Denis Piveteau s’intéresse aussi à la bientraitance des professionnels (les aides à domicile comptent dans leurs rangs 77 % de démission, inaptitude et invalidité).

Une réalité qui dépasse la situation des Ehpad et des SAAD.
Une réalité qui questionne l’ensemble de l’accompagnement du vieillissement fragilisé.
Une réalité qui attend une parole au plus haut sommet de notre République.

Le président a reçu 1000 jeunes agriculteurs à l’occasion du Salon de l’agriculture.
Recevra-t-il 1000 Supermen et Superwomen de l’aide et des soins aux plus âgés fragilisés ?

Partager cet article