Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Poupons et diversion : questions éthiques et pratiques

Auteur Rédaction

Temps de lecture 7 min

Date de publication 28/02/2018

0 commentaires

S’interroger sur ce qui choque estime le Pr. Emmanuel Hirsch

Plusieurs médias (Libération, L’Obs) se sont interrogés sur la proposition de poupées empathiques pour les uns, de poupons plus ou moins ressemblants, pour les personnes malades, désorientées atteints de pathologie neurodégénératives (Alzheimer), en Ehpad.“Face à la réalité actuelle du prendre soin dans ces institutions, pourquoi cette proposition, cette diversion, choque-t-elle ?” interroge le Pr. Emmanuel Hirsch, directeur de l’Espace de réflexion éthique de la région Île-de-France et de l’Espace national de réflexion éthique sur les maladies neurodégénératives.Des poupées qui font du bien ?Agevillage a demandé à plusieurs équipes qui

Cet article est réservé à nos abonnés agevillapro

Pourquoi cette information est-elle payante ?

Notre rédaction se mobilise quotidiennement pour réaliser deux newsletters hebdomadaires et alimenter le site internet d'agevillagepro, dédié aux professionnels du secteur, en informations techniques, dossiers d'actualité ou de fond.

J’ai déjà un compte

mot de passe oublié

Abonnez-vous pour accèder à notre contenu exclusif

Actualités, outils pratiques, textes officiels, appels à projets : retrouverez chaque semaine toute l’information utile aux professionnels du secteur

Découvrir les abonnements
Partager cet article

Sur le même sujet