Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Un problème ? Médicalisons !

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 17/06/2018

0 commentaires

Plus de soins ? de prendre soin ? de lien social ?

Les professionnels ont salué l’annonce ce 13 juin au Congrès de la Mutualité par le Président de la République en personne, de la création d’un nouveau risque de protection sociale pour répondre à l’ échec collectif” de l’accompagnement de la vulnérabilité au grand âge.

Le Président a insisté sur la nécessité de médicaliser les Ehpad.

Tiens, tiens.

Alors que la recherche scientifique piétine à découvrir le traitement contre Alzheimer,

Alors que les Ehpad justement peinent déjà à recruter des profils soignants,

Alors que les IDEC s’interrogent sur leur nom, leur fonction,

Alors que les tenues des professionnels soignants peuvent (ou non) rassurer,

Alors que le prendre soin se diffuse plutôt que ne se spécialise (du domicile à l’Ehpad comme l’imagine le Synerpa),

Et si face à une difficulté sociale, on ne répondait pas immédiatement par une réponse médicale mais plutôt médico-sociale” (comme le suggèrent les labels de bientraitance comme le label Humanitude auditionné à la Mecss).

Et si les situations à risque de maltraitance, et si les évènements indésirables étaient vite circonscrits pour ouvrir sur des évènements désirables, vivants, debout jusqu’au bout ?

Et si les MEDEC, IDEC étaient associés et valorisés au même titre que des ESVGD Experts du sens de la vie au grand âge”, des EPTC, des experts de la prévention des troubles du comportements”, des CQVT : champions de la qualité de vie au travail”…
Ils vont bousculer les domiciles, les lieux de vie, les villes, les quartiers, les villages.
Ils vont proposer des ambiances sensorielle adaptées, une dynamique de vie sociale et spirituelle au-delà du dernier souffle” selon Dr Constance Yver-Elleaume.
En lien bien sûr avec les experts du juste soin, du prendre soin.

La seule médecine, la culture soignante qui sait encore trop ce qui est bon pour l’autre”, ne règlera pas la question du vieillissement.

Question de regard sur ces nouveaux âges de la vie, au grand âge, au très grand âge.
Il nous faut ré-enchanter ces métiers, ces services auprès de ces personnes qui avancent en âge.
Il nous faut voir que la vieillesse n’est pas une maladie !

Partager cet article