Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Directeurs, professionnels, fiers et inquiets

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 01/10/2018

0 commentaires


La pérennité des financements publics et la faible prise en compte de l’implication des professionnels au service des plus âgés fragilisés, inquiètent les directeurs des établissements privés à but non lucratifs interrogés par Opinion Way pour la Fehap/​Aesio/​Macif et Malakoff Médéric.

97% des directeurs affirment que les contraintes administratives sont en constante augmentation. Plus de huit sur dix estiment qu’elles constituent un obstacle pour mener à bien leur mission de service public.

Ces professionnels inquiets mais impliqués restent fiers de travailler dans ce secteur d’activité porteur de sens, de lien social, de réponses aux besoins des populations. Ils sont fiers de mettre en avant leurs préoccupations : la qualité des soins et de l’accompagnement (61%) et l’amélioration de la qualité de vie au travail (52%), en échos au programme de notre 11e colloque sur les approches non médicamenteuses Agevillage/​Humanitude les 8 et 9 novembre prochains à Paris.

Ces approches mettent en avant l’importance du prendre soin, des capacités mobilisables et positives, debout jusqu’au bout. Comme l’intérêt maintenant démontré des activités physiques adaptées, chères aux fondateurs de Siel Bleu (voir leur nouveau livre au sommaire cette semaine).

Visiblement l’inquiétude exprimée par ces professionels va être écoutée. Sera-t-elle entendue ?

La concertation vient de s’ouvrir aux acteurs de terrain comme aux personnes fragilisées et leurs proches aidants (dont le 6 octobre sera la journée nationale avec plus de 230 ateliers, conférences pour favoriser leur propre santé).

Le grand âge et l’autonomie était ainsi à l’honneur ce 1er octobre, au Ministère des Solidarités et de la Santé, à l’occasion du lancement de la concertation en vue d’une nouvelle loi sur la mal nommé dépendance”.

L’occasion pour le Collectif Une société pour tous les âges” de reprendre son baton de pélerin pour abolir la discimination liée à l’âge pour les personnes en situation de handicap et d’inviter à revoir la gouvernance du système, valoriser les métiers avant de revoir les modes de financements universels.

Cette concertation va permettre de témoigner ces réalités, de faire prendre conscience des attentes, des besoins des personnes âgées aujourd’hui et demain (à horizon 2030, 2040 avec les pics des papyboums).
L’occasion aussi de mettre en lumière des pistes de réponses qui se dessinent sur les territoires, les mesures de la qualité (réflexions autour des avis clients en EHPAD), les initiatives qui favorisent concrètement la prévention ainsi que qualité de vie au travail en établissement d’accueil comme au sein des services à domicile (à Paris, dans la Creuse) mise en évidence aux Assises du domicile.

Chacun veut retrouver la fierté et lever les inquiétudes pour ces magnifiques métiers de l’aide à l’autonomie.

Partager cet article