Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Grèves et impatiences

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 18/12/2019

0 commentaires

face au report de la loi Grand Age-Autonomie pour mi-2020

Alors que les grèves contre la réforme des retraites témoignent d’un besoin de réponses, de soutiens, de clarifications, de rassurance ;

Alors que ces grèves restent majoritairement soutenues et demandent un trésor d’énergies pour y faire face et prendre soin des plus âgés fragilisés 24h sur 24, 7 jours sur 7 ;

Alors que les derniers rapports Piveteau, Libault, et Dufeu Schubert contre l’âgisme témoignent de l’urgence d’agir pour adapter concrètement notre société à son vieillissement, le rapport El Khomri a abouti à… une conférence nationale en 2020 sur l’épineuse question des métiers du grand-âge ;

Alors que ces professionnels ne baissent pas les bras et agissent chaque jour contre le gaspillage et la dénutrition, pour soutenir la mobilité, pour la liberté et la sexualité des plus âgés qui renforcent leur sentiment de vie, pour des projets de nuit.… Au Synerpa la nouvelle présidente Christine Jeandel veut justement booster les acteurs privés commerciaux en coeur du parcours résidentiel… qu’il s’agira de solvabiliser, voire de labelliser avec des professionnels formés, armés, présents.

Or les SOS, les signaux d’alarmes enflent face à la sinistralité du secteur d’activité (+ 5 % dans l’aide en la personne), aux très bas salaires, aux demandes d’aides non pourvues (10 %) faute de main-d’oeuvre par des services aux domiciles aux tarifs inférieurs aux coûts de revient, prix de vente…

La colère monte quand sur RMC/BFM TV, le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérard Darmanin, annonce un report de la loi Grand Age-Autonomie en 2020.

La raison serait le focus actuel sur la réforme des retraites ? Or les transitions démographiques, écologiques et numériques sont à l’oeuvre et vont aller en s’accélérant.

Les crédits supplémentaires nécessaires peuvent être perçus comme des coûts ou comme des investissements socialement, démocratiquement utiles, indispensables.

Mais visiblement, il y a toujours une cause prioritaire à l’aide à l’autonomie dans notre pays.

Jusqu’à quand ?

Partager cet article
Tags