Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Citoyennage : quand les personnes âgées prennent la parole, elles affirment leur citoyenneté

Auteur Rédaction

Temps de lecture 5 min

Date de publication 22/01/2020

0 commentaires

Eclairage de Romain Gizolme (AD-PA)

Citoyennage est une démarche qui réunit les personnes âgées accompagnées établissement et à domicile pour en favoriser l’expression. Les professionnels les y accompagnent et les écoutent. L’enjeu : donner la parole aux personnes qui la prennent peu et travailler la notion de citoyenneté au grand âge. Chaque année un thème de travail est choisi par les personnes âgées elles-mêmes : des réunions Citoyennage tout au long de l’année dans chaque institution convergent vers une rencontre nationale annuelle.

Mots-clés : citoyenneté – établissements – domicile – personnes âgées – parole – AD-PA

L’intention de Citoyennage est de permettre aux personnes accompagnées en établissement et à domicile d’exercer leur droit de citoyen malgré les fragilités liées à l’âge. Ces personnes âgées, mieux que personne, peuvent parler de la vieillesse, des difficultés qu’elles rencontrent dans leur quotidien et des moyens de les atténuer. Parler, s’exprimer, s’informer permet d’améliorer la qualité de vie et d’accompagnement.


La spécificité de Citoyennage : l’organisation d’un colloque annuel en région


Ce point d’orgue de 2 ou 3 jours permet aux personnes âgées engagées dans Citoyennage de se retrouver dans un lieu convivial pour discuter d’un thème choisi chaque année. Des réunions dans chaque structure membre de Citoyennage encouragent les échanges sur la vie au quotidien et l’approfondissement du thème. La synthèse élaborée à la fin du colloque régional comporte des propositions concrètes des personnes âgées pour que chaque structure se les approprie et fasse évoluer ses modes de fonctionnement pour répondre au plus près aux attentes exprimées.

Parmi les thèmes abordés : La participation à la vie de la structure ; Vivre à domicile, vivre en établissement, à quelles conditions ? ; Quelle place pour la personne âgée dans la société aujourd’hui ? ; L’animation et la vie sociale ; La place et l’action de la famille, les liens avec l’entourage ; Rester citoyen en maison de retraite ; La solidarité en établissement ; Garder l’esprit ouvert … pour continuer de s’épanouir.

« Lorsqu’on nous donne la parole, nous osons plus facilement nous exprimer, nous sommes en confiance. A condition cependant d’être vraiment écoutés et de constater les résultats de nos discussions » (colloque Citoyennage Ile-de-France).
Pour qu’il y ait des résultats tangibles, il est important que la synthèse de ces colloques contienne des propositions concrètes.

En voici quelques-unes concernant : l’arrivée en établissement


« Lorsqu’on entre en maison de retraite le changement peut être brutal et perturbant, on se retrouve vite perdu et on ne comprend pas toutes les informations. Il est donc important de s’accueillir les uns les autres » (Auvergne 2009). Les résidents franciliens proposent : « Des comités d’accueil, dîners aux chandelles ou déjeuners d’accueil qui existent dans certaines résidences sont de bonnes occasions de faire connaissance et d’expliquer le fonctionnement de l’établissement » (Citoyennage Ile de France).

« Pour favoriser notre intégration dans l’établissement puis notre vie à l’intérieur, nous proposons plusieurs idées : mettre en place une pré-admission où nous pourrions visiter les locaux, faire connaissance avec les professionnels, la direction et les autres résidents, […] éviter les entrées le vendredi pour ne pas être seul le week-end où le personnel et les activités sont réduits. » (Citoyennage Auvergne).

La vie des CVS : Conseils de la vie sociale


« Pour certains, le conseil de la vie sociale permet de s’exprimer. Pour d’autres, ce qui est dit dans ces réunions reste un mystère. Il faudrait donc préparer ce conseil avec un ordre du jour distribué à l’avance, une réunion de préparation et un compte-rendu ». (Citoyennage Auvergne).

« Le Conseil de la vie sociale et le conseil d’administration ne nous paraissent pas suffisants. Beaucoup de résidents se sentent peu concernés et mal informés. Ce sont des instances importantes, obligatoires. Il est important que nous y soyons représentés, c’est une question d’égalité. Mais nous nous sentons noyés par des sujets trop éloignés de nos préoccupations quotidiennes. La prise de parole n’est pas facile, on ne comprend pas tout. Et il n’est pas simple de parler au nom des autres résidents quand il n’y a pas de réunion de préparation. » (Citoyennage Ile-de-France).

Les résidents d’établissements membres de Citoyennage ont proposé la mise en place de Conseil des résidents. Jugeant insuffisantes leur participation aux Conseils de la vie sociale et leur représentation aux Conseils d’administration, compte tenu des difficultés qu’ils y rencontrent.

L’information


« Pour nous impliquer, il faut que nous soyons bien informés. Or nous manquons encore d’information sur ce qui nous concerne » (Citoyennage Ile-de-France).

« En particulier, nous tenons à être informés lorsque l’un d’entre nous décède. Cela ne doit pas être tabou car la mort fait partie de la vie. Nous souhaitons à notre manière pouvoir accompagner la personne jusqu’au bout. »

« Dans le domaine médical, nous aimons être prévenus de l’heure des soins ou de la visite du médecin. Nous n’osons pas toujours demander des précisions aux soignants sur notre état de santé ou demander le double de notre ordonnance. De même, nous regrettons de ne pas toujours choisir notre médecin traitant » (Citoyennage Auvergne).

L’ouverture sur l’extérieur


« Nos établissements doivent être des lieux ouverts qui favorisent la venue de personnes extérieures (bénévoles, exposants…) et préservent notre liberté de mouvement » (Citoyennage Ile-de-France).

Un personnel mécanique ne nous intéresse pas


« Un savoir-faire qui se double d’amabilité et de délicatesse », c’est ce qu’attendent les résidents des personnels qui les accompagnent. Lors du Congrès des Ages et du Vieillissement 2019, ils ont proposé de participer au recrutement des candidats !

Evaluation de la démarche Citoyennage


Sandra Chardon anthropologue a évalué Citoyennage, avec le soutien de la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie). Elle confirme les effets incapacitants de l’âgisme : sentiment de solitude, corps courbés, regards fuyants.

La démarche Citoyennage participe d’un mécanisme re-capacitant : les postures changent, l’expression d’une envie d’une volonté, de revendications s’affirment. Elle accompagne la ré-humanisation des personnes, au-delà des rencontres, des actes centrés sur les soins et le prendre soin… elle ose des questions comme « De quoi rêvez-vous ? »

La démarche Citoyennage est aussi un outil managérial qui développe une culture plus transversale, moins pyramidale. Elle met en valeur des capacités des personnes âgées et redonne du sens à l’action quotidienne des professionnels.

Citoyennage est aussi par ses moments de rencontres et d’échanges un outil de sensibilisation aux droits et libertés des personnes âgées.
Elle devient un outil de communication, de négociation avec les autorités de tarification notamment, quand les directeurs sont accompagnés des personnes âgées.

Citoyennage développe l’expertise d’usage, citoyenne des habitants et l’empowerment : la capacité d’agir, la reprise de pouvoir sur soi, le renforcement de l’autonomie décisionnelle des habitants.

En savoir plus sur Citoyennage

Romain Gizolme : directeur de l’AD-PA, l’Association des directeurs au service des personnes agées.

Partager cet article