Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Tenir le mur du marathon Covid 19

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 08/04/2020

0 commentaires

Et être fier de cette course, de ses métiers, sacrés

La crise sanitaire que nous traversons fait l’effet d’une course folle contre ce virus, pour s’en protéger, pour se soigner quand il arrive, pour proposer un niveau de soin ajusté … jusque la fin.

Les marathoniens le savent : pour réussir la course, pour passer le mur, c’est l’entrainement, l’équipement, le ravitaillement, mais aussi l’information, la communication qui font la différence.

Ici les professionnels de l’aide aux plus âgés partent avec des handicaps certains : ils étaient déjà en flux très tendus avant la course. Ils ont été amenés à inventer des stratégies d’adaptations (des stades de confinement, d’activités, des protocoles) avec le soutien des sociétés savantes (SFGG, FFAMCo cette semaine), avec les nouvelles recommandations contre la dénutrition, pour les soins de bouche, avec un avis du conseil national consultatif d’éthique (CCNE) qui gagnerait à être traduit en textes rassurants. Ils tentent de s’organiser et de proposer des accompagnements de fin de vie les plus ajustés (jusque des veillées à distance quand on ne peut faire autrement)

Ici ces professionnels marathoniens se sont retrouvés démunis face au risque. Si petit à petit les protections arrivent, c’est le système D qui prévaut pour s’approvisisonner, et aussi recruter des renforts dans beaucoup de régions touchées. Si une campagne massive de dépistages vient d’être lancée, le test a un taux d’erreurs important, ce qui ne rassure pas toutes les personnes concernées (les plus âgés, les proches aidants, les professionnels). Gageons que ces dépistages s’amélioreront pour rassurer donc et ajuster les stratégies adaptatives.

Ici les professionnels ont ressenti que la crise sanitaire ouvrait sur une crise sociale. L’expertise des animateur(rice)s est mise en lumière. Leurs compétences bousculent les repères, les habitudes. Elles dynamisent, renforcent ou apaisent l’ambiance sociale individuelle et collective, pluridisciplinaire.

Et si 60 à 70% des ehpad commerciaux sont épargnés à ce jour, ce marathon est semé d’embûches avec la peur de l’embrasement. Il exige des ravitaillements pour tenir, pour passer le mur (des premières contaminations) et proposer un prendre soin ajusté. Long, laborieux, ce marathon met à rude épreuve les résistances des participants. Alors tous ces services de soutiens psychologiques, de coachs qui se mettent au service des professionnels, mais aussi des aidants, des plus fragilisés eux-mêmes, sont les bienvenus. Nous mettons à jour ces ressources semaine après semaine.

Et gare à ceux qui se voient arrivés avant la ligne. Ne jamais crier victoire trop tôt. L’information, la communication avec toutes les parties prenantes est cruciale. En toute transparence. Pour maintenir la confiance.

On ne voit pas encore le bout de cette course. Pas encore de traitement qui fasse consensus, pas encore de vaccin.

Alors mieux vaut se préserver, du mieux que l’on peut. Mieux vaut reprendre des forces petit à petit. Partager, communiquer. Continuer de chercher des ressources internes (y compris au sein des CVS) et externes.

Et aussi être fier.

Fier de participer à cette course, mémorable.

Fier de porter ce dossard magnifique : celui des métiers du grand âge.

Partager cet article
Tags