Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Pour une structure d'accueil inclusive

Auteur Rédaction

Temps de lecture 5 min

Date de publication 22/07/2020

0 commentaires

Qui doit être conjuguer par les PAP (Projets d’accompagnement personnalisés), avec l’équité, avec la singularité et les désirs de tous

La vision du PAP, projet d’accompagnement personnalisé, en Humanitude, c’est la garantie que l’établissement n’est pas au service des clients, mais au service de l’autonomie des clients. Le PAP est alors la garantie de respecter les attentes et désirs de chacun, la garantie de respecter l’intégrité de chacun, la garantie de respecter l’équité en personnalisant les outils et la garantie de l’engagement de la structure.

Mots-clés : PAP — Projet d’accompagnement personnalisé — étapes du PAP


La citoyenneté est inaliénable à la nationalité française, elle n’est pas que droits et devoirs, heureusement !
Une mise sous protection juridique peut invalider des droits et des devoirs sans pour autant ôter la citoyenneté. Être citoyen, c’est aussi l’art de vivre ensemble dans une même organisation politique, au sens social du terme, relatif à l’organisation d’une collectivité pour que chacun y trouve sa place, quel qu’il soit et quelles que soient ses difficultés.
Les structures d’accueil de personnes fragiles sont des micros sociétés organisées avec un impératif de vivre ensemble. Un vivre ensemble qui n’est pas une évidence culturelle.

Le poids de l’histoire


Dans les maladreries du 12ème siècle (origine culturelle de nos structures), les soeurs qui recueillaient les lépreux puis les pestiférés, ne pouvaient laisser rentrer les hommes pour les soigner dans ce qui n’était encore que des couvents. L’église a alors décidé d’enlever à la personne malade toute singularité. Il était désormais un indigent, puis un patient… sans sexe, sans culture, sans droits. En effet, quand le malade intégrait la maladrerie, il abandonnait tous ses biens et était déclaré mort pour la société. Mais ça, c’était au Moyen Âge…
Aujourd’hui on accueille des personnes sur un projet de vie, que la structure s’engage à accompagner professionnellement via le support des projets d’accompagnement personnalisés (PAP)

Les quatre phases essentielles des PAP


1. Le recueil des attentes, désirs et les données fonctionnelles
Cette première phase de recueil des attentes et des désirs est souvent négligée. D’ailleurs dans le dossier Cerfa de demande d’admission en Ehpad du ministère de la Santé qui sert de référence, on trouve le dossier médical, un dossier administratif, un dossier financier… Aucun espace pour demander à la personne ce qu’elle attend de la structure : son projet personnel. Or c’est le point de départ.
La Haute autorité de santé, HAS, dans les recommandations de sa fiche repère sur le projet personnalisé insiste sur l’accompagnement des besoins, désirs et attentes de la personne accueillie. En Humanitude, on veut aller plus loin dans le respect de la singularité en partant du principe que chacun, quel qu’il soit, sait ce qui est bon pour lui.
Je vois déjà le scepticisme poindre : une personne avec des troubles cognitifs ne sait pas ce qu’elle veut ! Ah bon ? Pourtant lorsque l’on voit dans certaines vidéos, par exemple une personne malade Alzheimer être douchée contre son gré, il n’y a pas de doute sur le fait qu’elle exprime son désaccord.
On voit bien que l’expression des désirs n’est pas à mettre en doute. C’est notre accompagnement de ces désirs qu’il faut travailler. Et cela passe obligatoirement par les PAP.

Pour le recueil des attentes, première phase du PAP, l’idéal serait de rencontrer la personne à son domicile. Dans son milieu, avec ses habitudes, ses repères. Elle sera en condition optimale pour nous parler d’elle, de sa vie et de ce qu’elle en attend.
Elle nous expliquera ce qu’elle attend de la structure qui l’accueille, à tous les niveaux : médical, soins, restauration, entretien des locaux, du linge, sa vie sociale, etc.

Pour chaque acte de chaque domaine, interrogeons la : est-ce qu’elle souhaite continuer de le gérer seule ? Souhaite-t-elle déléguer cette gestion en tout ou partie à la famille, à l’établissement ?

Quels que soient les choix, qu’ils nous semblent réalistes ou pas, nous devons les accepter enregistrer et les inscrire comme étant son projet personnel.

2. Évaluation de la réalité de la situation de la personne
Arrive ensuite la deuxième phase du PAP, quand les professionnels mettent en place des évaluations, domaine par domaine, pour savoir où en est la personne accueillie au regard de ses choix. Ces évaluations par service doivent se croiser dans une dynamique pluridisciplinaire.
En Humanitude on activera la réalisation de la toilette évaluative prescrite, du repas personnalisé prescrit, du profil social, de la fiche d’accompagnement relationnel… Ces évaluations sont le point de départ du PAP et les attentes de la personne : le point d’arrivée.

3. Le projet professionnel pour accompagner de la réalité aux attentes
Cette troisième phase du PAP est le chemin professionnel entre ces évaluations et le projet de la personne. Ce chemin s’appuie sur les valeurs, les principes de la structure, sur les outils et les règles de l’art des professionnels. Ce chemin va demander à chaque service de s’engager contractuellement dans la rédaction du PAP.

Le PAP devient alors l’engagement de chaque acteur, en particulier au regard de chaque résident : le PAP est un contrat où la structure s’engage et engage chaque service (cf ci-dessous).

Ce contrat doit décliner les attentes de la personne, ce qu’elle attend de l’établissement, ce qu’elle souhaite continuer à gérer ou que sa famille gérera. Elle précise par ce contrat ses responsabilités et les limites de ses responsabilités.

Le contrat doit aussi comporter l’engagement de la structure d’hébergement, l’engagement de chaque service, ses objectifs, ses finalités, et le rythme d’évaluation de l’avancée du projet d’accompagnement personnalisé.

Le contrat doit définir les responsabilités et les compétences de chacun : établissement, client, famille… et la limite de ces responsabilités.

4. La réévaluation programmée, continue
Cette quatrième phase du PAP structure la réévaluation permanente du projet, des attentes et des engagements de chacun. Quand ? A quel rythme ? Par qui ? Comment ?

Le PAP est une démarche dynamique qui évolue dans le temps avec les professionnels, le client ou ses ayants droit.



Philippe Crône, auteur, formateur Humanitude Vie Sociale

Publications : Animer en Humanitude chez Elsevier Masson en 2017
L’animation des personnes âgées en institution chez Elsevier Masson en 2004

Partager cet article