Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

ESMS : 11 propositions pour rendre le droit au consentement plus effectif

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 19/08/2020

0 commentaires

« Faut-il administrer des sédatifs à des personnes âgées atteintes de troubles cognitifs pour permettre de dépister une maladie ? »

Dans le cadre de leur module interprofessionnel de santé publique, dix étudiants de l’Ecole de hautes études en santé publique (EHESP) se sont intéressés à la question du consentement des personnes vulnérables en ESMS à l’aune de la crise sanitaire. Et formulent 11 propositions, réparties en quatre axes pour rendre ce droit plus effectif. Cela peut sembler paradoxal, mais selon le rapport rendu par les étudiants de l’EHESP, l’épidémie de covid-19 pourrait avoir pour conséquences d’ancrer davantage le droit au consentement des personnes vulnérables dans les pratiques.«

Cet article est réservé à nos abonnés agevillapro

Pourquoi cette information est-elle payante ?

Notre rédaction se mobilise quotidiennement pour réaliser deux newsletters hebdomadaires et alimenter le site internet d'agevillagepro, dédié aux professionnels du secteur, en informations techniques, dossiers d'actualité ou de fond.

J’ai déjà un compte

mot de passe oublié

Abonnez-vous pour accèder à notre contenu exclusif

Actualités, outils pratiques, textes officiels, appels à projets : retrouverez chaque semaine toute l’information utile aux professionnels du secteur

Découvrir les abonnements
Partager cet article