Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

L'autonomie s'amenuise, la vulnérabilité affleure, la personne demeure par Cécile Furstemberg

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 28/02/2011

0 commentaires

La sauvegarde de la dignité par la responsabilité

« Comment intégrer ou réinsérer le patient atteint de troubles cognitifs avec une capacité de communication altérée, dans le projet de soin dans un contexte de fin de vie où l’autonomie du sujet s’amenuise et la vulnérabilité affleure ». Telle est la problématique que pose Cécile Furstemberg, infirmière, dans son Mémoire présenté dans le cadre d’un master Ethique, Science, Santé et Société (Année Universitaire 2009 – 2010).Devant la vulnérabilité croissante de la personne âgée en fin de vie, il convient de chercher comment préserver au mieux l’autonomie de celle-ci et de discerner sa volonté. C’est ce que s’attache à démonter l’auteur.Dans une

Cet article est réservé à nos abonnés agevillapro

Pourquoi cette information est-elle payante ?

Notre rédaction se mobilise quotidiennement pour réaliser deux newsletters hebdomadaires et alimenter le site internet d'agevillagepro, dédié aux professionnels du secteur, en informations techniques, dossiers d'actualité ou de fond.

J’ai déjà un compte

mot de passe oublié

Abonnez-vous pour accèder à notre contenu exclusif

Actualités, outils pratiques, textes officiels, appels à projets : retrouverez chaque semaine toute l’information utile aux professionnels du secteur

Découvrir les abonnements
Partager cet article

Sur le même sujet