Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Directives anticipées : 83% de personnes de plus de 75ans disent ne pas être intéressées par le concept, selon une récente étude

Auteur Rédaction

Temps de lecture 5 min

Date de publication 05/10/2011

0 commentaires

La vie qui reste est au coeur des préoccupations

La loi du 22 avril 2005, dite « Loi Leonetti » sur la fin de vie et les droits des malades a introduit pour tout un chacun la possibilité de rédiger des directives anticipées. Une récente étude réalisée par le Centre d’éthique clinique de l’hopital Cochin (CEC) révèle que les plus de 75 ans marquent leur désintérêt pour ce concept. 90% disent ne pas le connaître et une fois informés disent qu’ils ne s’en saisiront pas​.Ne se sentant ni vieux ni malades leurs préoccupations se portent avant tout sur le sens de la vie qui reste et non sur le sens de la mort.Le concept de « directives anticipées » vise à ce que la personne malade ou non écrive ce qu’elle

Cet article est réservé à nos abonnés agevillapro

Pourquoi cette information est-elle payante ?

Notre rédaction se mobilise quotidiennement pour réaliser deux newsletters hebdomadaires et alimenter le site internet d'agevillagepro, dédié aux professionnels du secteur, en informations techniques, dossiers d'actualité ou de fond.

J’ai déjà un compte

mot de passe oublié

Abonnez-vous pour accèder à notre contenu exclusif

Actualités, outils pratiques, textes officiels, appels à projets : retrouverez chaque semaine toute l’information utile aux professionnels du secteur

Découvrir les abonnements
Partager cet article

Sur le même sujet