Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Se sentir en mauvaise santé augmente le risque de démence

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 17/10/2011

0 commentaires

Une étude Inserm

Alors que l’état de santé perçu est un facteur prédictif avéré de morbidité et de mortalité dans le domaine cardiovasculaire, une étude dirigée par Annick Alpérovitch et Christophe Tzourio (unité Inserm 708) suggère que se sentir en mauvaise santé est également un facteur de risque de survenue de démence. Les auteurs de cette étude publiée dans la revue Neurology estiment que cette question simple pourrait constituer un signal d’alerte pour les médecins généralistes.En l’absence de tout symptôme évocateur, il est difficile d’identifier les personnes à risque de démence. L’impression d’être en mauvaise santé, indépendamment de l’état de santé réel, pourrait-il être un signal

Cet article est réservé à nos abonnés agevillapro

Pourquoi cette information est-elle payante ?

Notre rédaction se mobilise quotidiennement pour réaliser deux newsletters hebdomadaires et alimenter le site internet d'agevillagepro, dédié aux professionnels du secteur, en informations techniques, dossiers d'actualité ou de fond.

J’ai déjà un compte

mot de passe oublié

Abonnez-vous pour accèder à notre contenu exclusif

Actualités, outils pratiques, textes officiels, appels à projets : retrouverez chaque semaine toute l’information utile aux professionnels du secteur

Découvrir les abonnements
Partager cet article

Sur le même sujet